Bague de virginité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La bague de pureté ou bague de virginité, est portée comme signe de chasteté. Cette bague signifie pour la personne qui la porte qu'elle souhaite rester vierge jusqu'au mariage.

Bague de virginité.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, aux États-Unis, des organisations chrétiennes évangéliques promouvant la virginité avant le mariage, comme True Love Waits et Silver Ring Thing utilisent la bague de pureté comme symbole d'engagement[1].

Perception dans les pays[modifier | modifier le code]

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

En juin 2007, une jeune Britannique de 16 ans, Lydia Playfoot, exclue de son lycée après avoir refusé de retirer cette bague, a saisi la justice sur le fondement des articles 9 (liberté de pensée) et 14 (discrimination) de la Convention européenne des droits de l'homme. À l'audience, ses avocats ont plaidé que le lycée permettait bien aux musulmanes de porter le voile et aux sikhs leur turban, et qu'une interdiction contre la bague violerait les droits de l'homme de leur cliente.

Le lycée avait rejeté ces arguments, estimant que la bague n'était pas un signe religieux et donc que son port représentait une infraction à l'uniforme scolaire. Le 26 juillet 2007, la haute cour statua que les droits de la jeune fille n'avaient pas été violés [2].

États-Unis[modifier | modifier le code]

L'Union américaine pour les libertés civiles a porté des accusations contre l'administration Bush pour son financement des programmes et organismes qui promouvaient l'abstinence et qui encouragent les adolescents à porter les bagues de virginité. L'UALC a porté les accusations parce que le programme n'avait pas montré sa sécularité, une exigence du premier amendement de la Constitution américaine, et donc n'était pas admissible pour le financement fédéral. La solution atteinte par l'UALC et le gouvernement américain stipule que toutes les applications du programme Silver Ring Thing dans le futur doivent être analysées par l'UALC pour assurer qu'il y a une séparation entre l'État et les Églises (majoritairement évangélique aux États-Unis)[réf. nécessaire].

En 2004, une étude américaine de l'Université Columbia, rapportait que 88 pour cent de ceux qui ont pris un engagement d'abstinence ont eu des rapports sexuels avant le mariage. Et dans ceux qui ont brisé leur vœu, moins de 20 pour cent disent vouloir utiliser un préservatif[3],[4].

Pour certains jeunes qui la portent, c'est un aide-mémoire dans leur décision de rester purs jusqu'au mariage [5]

France[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En France, le mouvement Silver Ring Thing est peu répandu, malgré une certaine attention des médias. Plusieurs émissions télévisées ont abordé ce sujet : Direct 8 dans Y'a une solution à tout ! présentée par Évelyne Thomas ainsi que sur Ma Chaîne Étudiante : Le sexe et moi présenté par Laurent Artufel et Astrid Hamon, sur NRJ 12 : Tellement vrai présenté par Matthieu Delormeau ou encore France 4 dans La première fois, documentaire présenté par Jeanne Broyon.

Médias[modifier | modifier le code]

Un épisode de South Park (La Bague) traite par ailleurs de cette problématique et du marchandisage qui accompagne cet anneau.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kathleen J. Fitzgerald, Kandice L. Grossman, Sociology of Sexualities, SAGE Publications, USA, 2017, p. 166
  2. Rédaction, news.bbc.co.uk, 'Purity' ring case in High Court, UK, 22 juin 2007
  3. ABC NEWS, Teens Wear Chastity Rings, USA, 14 juillet 2004
  4. Many Teens Who Take 'Virginity Pledges' Substitute Other High-Risk Behavior for Intercourse
  5. STEPHANIE ROSENBLOOM, Journal nytimes.com A Ring That Says No, Not Yet, USA, 8 décembre 2005