Ayọ̀bámi Adébáyọ̀

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ayòbámi Adébáyò)
Ayobami Adebayo
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (34 ans)
LagosVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
AyobamiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Ayọ̀bámi Adébáyọ̀ (parfois écrit Ayobami Adebayo), née le 29 janvier 1988, est une romancière et une journaliste nigériane.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ayọ̀bámi Adébáyọ̀ est née à Lagos, au Nigeria, en 1988. Peu après, sa famille s'est installée à Ilesha puis à Ile-Ife, où elle a passé la majeure partie de son enfance dans les locaux du personnel de l'université Obafemi Awolowo[1]. Elle étudie dans cette université Obafemi Awolowo, et obtient une licence et une maîtrise en littérature anglaise. En 2014, elle prolonge ses études en approfondissant la création littéraire à l'université d'East Anglia, grâce à une bourse internationale[2],[3].

Son premier roman, Stay With Me, est publié en 2017 et reçoit les éloges de la critique[4],[5],[6]. Il est sélectionné pour plusieurs prix littéraires notamment pour le Wellcome Book Prize[7], et le Baileys Women's Prize for Fiction[2],[8],[9], ainsi que pour le 9mobile Prize for Literature (en). Il remporte ce dernier prix, pour l'édition 2019[10]. L'ouvrage a également été sélectionné pour le Prix Dylan Thomas (en)[11].

Michiko Kakutani, dans sa critique de Stay With Me pour le New York Times, décrit Adébáyọ̀ comme « une conteuse d'histoires exceptionnelle », ajoutant : « Elle écrit non seulement avec une grâce extraordinaire, mais aussi avec une sagesse authentique sur l'amour et la perte et sur la possibilité de rédemption. Elle a écrit un livre puissant, magnétique et déchirant »[12]. La traduction française, Reste avec moi, effectuée par Josette Chicheportiche, paraît début 2019. « Une réflexion tragi-comique sur le choc des générations, les traditions bousculées, ainsi que des rôles dévolus à chaque sexe dans le Nigeria contemporain. » peut-on lire dans le journal Le Monde, sous la plume de Gladys Marivat, à son propos[13]. Reste avec moi reçoit le Prix Les Afriques en 2020[14]

Elle a publié également des poèmes et des histoires dans plusieurs magazines, notamment dans Farafina Magazine (en) et Saraba Magazine (en), et dans des anthologies comme Speaking for the Generations : An Anthology of New African Writing, ou encore New Daughters of Africa: An international anthology of writing by women of African descent[15]. Elle a travaillé également pour Elle UK et la BBC[16],[17].

Elle est invitée en 2019 au Aké Arts and Book Festival[18],[19].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Cain Sian Cain, « Baileys longlist author Ayòbámi Adébáyò, and London book fair », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  2. a et b [(en) « Nigerian writer Ayobami Adebayo, Tying the knot after 65, Japan's comfort women », BBC,‎ (lire en ligne)
  3. (en) « The UEA Creative Writing International Scholarships - UEA », sur www.uea.ac.uk
  4. (en) Francesca Angelini, « Books : Stay With Me by Ayobami Adebayo », The Times,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Diana Evans, « Stay With Me by Ayòbámi Adébáyò review – a big-hearted Nigerian debut », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  6. (en) « Book Review : Stay With Me by Ayobami Adebayo », The Press and Journal,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « Wellcome Book Prize's 2018 Shortlist : Five of Six Titles Are by Women », Publishing Perspectives,‎ (lire en ligne)
  8. (en) Danuta Kean, « Baileys women's prize 2017 longlist sees established names eclipse debuts », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « Baileys Prize reveals 'daring and intimate' shortlist », BBC News,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Otosirieze Obi-Young, « Ayobami Adebayo Wins the 9Mobile Prize for Literature, for Stay with Me », Brittle Paper,‎ (lire en ligne)
  11. « Ayobami Adebayo, longlisted for Dylan Thomas Prize », ZODML,‎ (lire en ligne)
  12. (en) Michiko Kakutani, « Portrait of a Nigerian Marriage in a Heartbreaking Debut Novel », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  13. Gladys Marivat, « Jean Rolin, Hélène Zimmer, Vladimir Maramzine… Les brèves critiques de la rentrée littéraire d’hiver dans « Le Monde des livres » Roman. Un couple nigérian », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  14. Agence Ecofin, « La romancière Ayobami Adebayo remporte l’édition 2020 du prix « Les Afriques » », sur Agence Ecofin (consulté le ).
  15. Margaret Busby, From Ayòbámi Adébáyò to Zadie Smith: meet the New Daughters of Africa, (lire en ligne)
  16. (en) « Emel: The Voice of the Tunisian Revolution, The Cultural Frontline », BBC,‎ (lire en ligne)
  17. (en) « Author Ayọ̀bámi Adébáyọ: What Post-Truth Means To Me », Elle UK,‎ (lire en ligne)
  18. (en) Molara Wood, « The irresistible rise of Nigerian fiction », The Irish Times',‎
  19. [(en) « Africa: Ake Festival - Africa's Leading International Book Festival », sur AllAfrica.com, .

Liens externes[modifier | modifier le code]