Autorité du bassin de la Volta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’Autorité du bassin de la Volta est une organisation africaine créée par les pays qui ont en partage le bassin de la Volta : Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Mali et le Togo.

Le 19 janvier 2007 à Ouagadougou, en marge du sommet de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), les chefs d’État des pays concernés ont procédé à la signature de la convention portant statut du fleuve Volta et création de l’Autorité du bassin de la Volta[1].

L’organisation est chargée de veiller à la gestion rationnelle et intégrée des ressources du bassin de la Volta, à la sauvegarde de l’environnement et de l’écosystème du fleuve.

Le bassin hydrographique de la Volta, d'une superficie de 400 000 km² regroupe 20 millions d'utilisateurs[2].

Le siège social est fixé dans la capitale burkinabé Ouagadougou.

DONA Jean-Claude HOUSSOU, Ministre de l’Energie, de l’Eau et des Mines du Bénin est le président du conseil des ministres des pays membres de l'ABV.

Roch Marc Christian KABORE, président du Burkina Faso a été désigné comme président en exercice de la conférence des chefs d’État de l’Autorité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Autorité du bassin de la Volta: Six chefs d’État pour une gestion intégrée des ressources, Sidwaya, 22 janvier 2007
  2. Intégration : L'acte de naissance de l'Autorité du bassin de la Volta, L'Essor (Mali), 23 janvier 2007

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Amidou Garané, Le cadre juridique international du bassin de la Volta, Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), Droit et politique de l'environnement, n°73, 2009