Aulacogène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En géodynamique, un aulacogène est un bras avorté d'un point triple[1]. C'est une manifestation de la tectonique des plaques, et plus précisément une zone de rift où s'est formée une nouvelle section de la croûte terrestre, mais qui n'est plus active[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme aulacogène, construit sur le grec αὖλαξ (« sillon »), a été proposé par le géologue soviétique Nikolaï Chatsky en 1946[3],[4].

Formation[modifier | modifier le code]

Un point triple est un endroit où trois plaques tectoniques se rencontrent ; la frontière entre deux de ces plaques peut être :

En général, l'une des trois frontières devient instable ou inactive à l'échelle des temps géologiques (voir la typologie des points triples), formant alors un aulacogène. Celui-ci peut être une faille transformante envahie de magma, ou plus fréquemment un rift inactif[2]. La création de l'aulacogène commence dans ce cas avec l'arrêt de l'activité du rift, laissant derrière elle une formation analogue à un graben. Avec le temps, cette formation commence à s'affaisser, et un volcanisme modéré s'y produit. Une dernière étape, dite d'inversion, a lieu lorsque les forces tectoniques agissant sur l'aulacogène ne sont plus des tensions mais des compressions, conduisant à la formation de horsts[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Un aulacogène finit par devenir un graben comblé, ou un bassin sédimentaire encadré par une série de failles normales. Par la suite il peut constituer le lit d'un vaste système fluvial, comme celui du Mississippi[5].

Les roches d'un aulacogène sont fragiles et peu résistantes, ce qui peut faciliter l'instauration d'une activité volcanique ou sismique. Comme un aulacogène reste une zone de fragilité dans la croûte, il peut se réactiver ultérieurement[1] ; c'est notamment le cas du rift est-africain et du graben d'Ottawa-Bonnechère, un ancient aulacogène qui s'est réactivé lors de la dislocation de la Pangée.

Exemples d'aulacogènes[modifier | modifier le code]

Aulacogènes aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Une grande partie du Midwest doit sa morphologie à des zones de rift avortées il y a 1,1 milliard d'années (dislocation de la Laurentia), 600 millions d'années (dislocation de la Rodinia et ouverture de l'océan Iapétus) et 200 millions d'années (dislocation de la Pangée)[5],[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) E.E. Milanovsky, « Aulacogens and aulacogeosynclines: Regularities in setting and evolution », Tectonophysics, vol. 215, nos 1-2,‎ , p. 55–68 (DOI 10.1016/0040-1951(92)90074-g, lire en ligne)
  2. a et b (en) Christian M. Robert, Developments in Marine Geology, vol. 3, Elsevier, coll. « Global Sedimentology of the Ocean: An Interplay between Geodynamics and Paleoenvironment », , 239–248 p. (DOI 10.1016/s1572-5480(08)00207-8, lire en ligne)
  3. (en) Nicholas S Shatski, The Great Donets basin and the Wichita System; comparative tectonics of ancient platforms, Akademiia Nauk SSSR Doklady, , 57–90 p..
  4. (en) K Burke, « Aulacogens and Continental Breakup », Annual Review of Earth and Planetary Sciences, vol. 5,‎ , p. 371–396 (DOI 10.1146/annurev.ea.05.050177.002103, lire en ligne).
  5. a et b (en) G.R. Keller, E.G. Lidiak, W.J. Hinze et L.W. Braile, « The Role of Rifting in the Tectonic Development of the Midcontinent, U.S.A. », Developments in Geotectonics, vol. 19,‎ , p. 391–412 (DOI 10.1016/B978-0-444-42198-2.50028-6, lire en ligne).
  6. (en) D.M. Soares, T.M. Alves et P. Terrinha, « The breakup sequence and associated lithospheric breakup surface: Their significance in the context of rifted continental margins (West Iberia and Newfoundland margins, North Atlantic) », Earth and Planetary Science Letters, vol. 355–356,‎ , p. 311–326 (DOI 10.1016/j.epsl.2012.08.036, lire en ligne).
  7. (en) Park, R.G., Geological Structures and Moving Plates, Glasgow, Blackie, , 192–193 p. (ISBN 0-216-92250-X).
  8. (en) Matthew E. Brueseke, Jasper M. Hobbs, Casey L. Bulen, Stanley A. Mertzman, Robert E. Puckett, J. Douglas Walker et Josh Feldman, « Cambrian intermediate-mafic magmatism along the Laurentian margin: Evidence for flood basalt volcanism from well cuttings in the Southern Oklahoma Aulacogen (U.S.A.) », Lithos (journal), vol. 260,‎ , p. 164–177 (DOI 10.1016/j.lithos.2016.05.016, lire en ligne).