Areópoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Areópoli
(el) Αρεόπολη
Areópoli
Rue du centre d'Areópoli et clocher de l'église des Taxiarques
Administration
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Périphérie Péloponnèse
District régional Laconie
Dème Magne-Oriental
Code postal 230 62
Indicatif téléphonique 030-27330
Démographie
Population 1 014 hab. (2011[1])
Géographie
Coordonnées 36° 40′ 16″ nord, 22° 23′ 15″ est
Altitude 250 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grèce
Voir sur la carte administrative de Grèce
City locator 14.svg
Areópoli
Géolocalisation sur la carte : Grèce
Voir sur la carte topographique de Grèce
City locator 14.svg
Areópoli

Areópoli (en grec moderne : Αρεόπολη) est un village de Grèce situé au sud du Péloponnèse dans le district régional de Laconie.

C'est la deuxième plus grande localité de la péninsule du Magne après Gythio. Jusqu'en 2010, le village était le siège de l'ancien dème d'Oitylo, ayant fusionné depuis avec ses voisins pour constituer le dème du Magne oriental dont Aréopolis est devenue « capitale historique »[2].

Noms[modifier | modifier le code]

Areópoli signifie « ville d'Arès », dieu de la guerre dans la mythologie grecque. Le village s'appelait jusqu'au XIXe siècle Tsimova, un nom d'origine slave, et fut rebaptisé dans les années 1830[3].

Communauté locale d'Areópoli[modifier | modifier le code]

Les villages de la communauté locale d'Areópoli sont[4]:

  • Areópoli,
  • Dryalia,
  • Lagokili,
  • Limeni,
  • Omales,
  • Sotíras

Economie[modifier | modifier le code]

Étape incontournable dans la visite du Magne, l'activité de la bourgade d'Areópoli est centrée sur le tourisme, avec de nombreux gîtes et restaurants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Photo montrant la statue de Mavromichalis à Aeropoli
Statue de Pétros Mavromichalis à Areópoli

Areópoli revendique l'honneur d'avoir été la première à brandir le drapeau de l'insurrection lors de la guerre d'indépendance grecque, dès le . Elle est la patrie de la célèbre famille des Mavromichalis et on peut voir sur le port de commerce la maison restaurée de Petrobey, un des chefs de l'insurrection nationale.

La ville comptait 738 habitants en 1981, 759 en 1991 et 1014 en 2011.

Monuments[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]