Arbinda (Burkina Faso)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Arbinda
Aribinda
Administration
Pays Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso
Région Sahel
Province Soum
Département Arbinda
Démographie
Population 9 790 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 14° 13′ 45″ nord, 0° 51′ 48″ ouest
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Burkina Faso
Voir sur la carte administrative du Burkina Faso
City locator 14.svg
Arbinda
Géolocalisation sur la carte : Burkina Faso
Voir sur la carte topographique du Burkina Faso
City locator 14.svg
Arbinda

Arbinda (ou Aribinda) est un village du département et la commune d’Arbinda dont il est le chef-lieu, situé dans la province du Soum et la région du Sahel au Burkina Faso. En 2012, le village comptait 9 790 habitants[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une région rurale se situant à la limite sud de la Réserve sylvo-pastorale et partielle de faune du Sahel, la plus grande réserve naturelle, classée partielle, du Burkina Faso avec ses 16 000 km2.

Histoire[modifier | modifier le code]

Quelques vagues hypothèses sur l'histoire d'Aribinda ont été proposées par Yves Urvoy dans un article[2], ainsi que des relevés d'art rupestre. Jean Rouch a publié un article[3] plus précis à ce sujet.

Début avril 2019, 62 personnes ont été tuées en trois jours lors d’attaques djihadistes suivies d’affrontements intercommunautaires dans la commune, « 32 du fait des terroristes », et « 30 du fait des conflits communautaires », selon le gouvernement[4].

Le dimanche , 19 habitants d’Arbinda avaient été tués lors d’un assaut mené en plein jour par plusieurs dizaines d’hommes armés[5].

Le matin du , trente-cinq civils dont 31 femmes et sept membres des Forces armées du Burkina Faso (4 militaires et 3 gendarmes) ont été tués, six civils et une vingtaine de soldats blessés, lors d'attaques djihadistes déclenchées simultanément contre un détachement militaire et des civils à proximité de la ville à partir de 6 h. L'attaque de trois heures a été repoussée avec l'appui de l’aviation[6].

L'armée déclare dans un communiqué que 80 rebelles ont été tués lors de ces affrontements et une centaine de motos utilisées par les assaillants abandonnées[7]

Économie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « World Gazetteer » [archive du ]
  2. Yves Urvoy, « Gravures rupestres dans l'Aribinda (Boucle du Niger) », Journal de la Société des Africanistes, no 11,‎ , p. 1-5
  3. Jean Rouch, « Restes anciens et gravures rupestres d'Aribinda », Etudes Voltaïques, no Mémoire 2 Nouvelle série,‎ , p. 61-70
  4. « Le Burkina Faso en deuil à Noël après la pire attaque djihadiste depuis cinq ans », sur Le Monde, (consulté le 25 décembre 2019).
  5. « Le Burkina Faso en deuil à Noël après la pire attaque jihadiste depuis cinq ans », sur Ouest-France (consulté le 26 décembre 2019).
  6. « Burkina Faso : 35 civils tués, dont de nombreuses femmes, dans une attaque djihadiste », sur Le Parisien, (consulté le 25 décembre 2019).
  7. Philippe Chapleau, « Burkina: nouvelle hécatombe dans le nord avec 35 civils et 7 militaires tués », sur Ouest-France, (consulté le 25 décembre 2019).