Apophonie accentuelle en russe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.

En russe, les voyelles atones subissent une apophonie notable. Cela signifie qu'une voyelle qui n'est pas frappée de l'accent tonique peut voir son timbre modifié, la plupart du temps par centralisation ou neutralisation.

Cet article requiert la lecture préalable de celui traitant de l'alphabet cyrillique.

Il existe cinq phonèmes vocaliques, /a/, /e/, /i/, /o/ et /u/. Sous l'accent, ces cinq phonèmes se réalisent respectivement [a], [ɛ], [i] ~ [ɨ] (après consonne dure), [ɔ] et [ʊ], ce qui fait six phones. Ainsi : сковорода́ skovorodá [skǝvǝrɐ'da] « poêle », ве́тер veter ['vʲɛtʲɪr] « vent », отрави́ть otravít’ [ǝtrɐ'vʲitʲ] « empoisonner », сын syn [sɨn] « fils », дóбрый dóbryj ['dɔbrǝʲ] « bon », свищу́ sviŝú [svɪ'ʃʲʧʲu] « je siffle », etc.

Voyelles atones[modifier | modifier le code]

Les voyelles atones, sauf /i/ et /u/ (avec leurs allophones : и, ы et ы, ю) tendent à être neutralisées en [ɐ], [ǝ] et [ɪ]. Sont proposées ci-dessous les valeurs moyennes de ces voyelles, selon leur position par rapport à l'accent tonique ; ce modèle d'apophonie à prédominance du timbre /a/ sous une forme neutralisée est propre à la prononciation de la région de Moscou. On nomme la réduction à /a/ аканье, akaniè, celle à /i/ иканье, ikanie.

Voyelle Pré-pré. Préton. Autres Exemples
а ǝ ɐ ǝ Валя́й [vɐ'ʎaj] « roule ! », ре́па ['rʲɛpǝ] « rave »
о Отдыха́ть [ǝd:ɨ'xatʲ] « se reposer » ; золото́й [zǝɫɐ'tɔj] « en or  »
я ʲɪ Тяжёлый [tʲɪ'ʒɔɫǝj] « lourd », ме́сяц ['mʲɛsʲɪʦ] « mois »
е Вчера́ [fʧʲɪ'ra] « hier », Екатери́на [jɪkǝtɪ'rinǝ] « Catherine »
-ый   ǝj До́брый ['dɔbrǝj] « bon »
-ий ʲɪj Си́ний ['sinʲɪj] « bleu »

Le я atone après une chuintante palatale — ч č щ ŝ — est prononcé [ɪ], certaines désinences atones en -е et -я sont réalisées [ǝ].

Le symbole [ǝ] renvoie bien au schwa de l'API, voyelle neutre plus ouverte et moins labialisée que le e dit « muet » ou « caduc » du français, que l'on transcrit souvent, à tort, par [ǝ] : petit [pǝti]. À l'oreille, le [ǝ] russe est très ouvert. De même, ce que l'on a transcrit ici par [ɐ] représente un phonème encore plus ouvert, souvent simplement noté [a].

Les chuintantes ш et ж et l'affriquée ц doivent être suivies de la lettre е pour noter [ɛ] dur (normalement écrit э après consonne). Ainsi, dans да́же « aussi », le е final remplaçant э, il faut prononcer ['daʒɛ].

Articles connexes[modifier | modifier le code]