Antoine Hector Thésée Treuille de Beaulieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Antoine Hector Thésée Treuille de Beaulieu
T6- d161 - Fig. 130. — Le général Treuille de Beaulieu.png
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
Nationalité
Formation
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire

Antoine Hector Thésée Treuille de Beaulieu né à Lunéville le , mort à Paris le , est un polytechnicien, artilleur et inventeur auquel on doit certains progrès de l'armement, notamment le mousqueton Treuille de Beaulieu et la machine à rayer les canons[1].

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Pistolet Treuille-de-Beaulieu 1854
Fabriqué spécialement pour les cent-gardes, il ne fut jamais utilisé

Son père, Jean Pierre Treuille, baron de Beaulieu, était colonel des dragons ; il était marié à la toute jeune Marie Anne Schultz, de Sélestat. Après des études à l'École polytechnique où il est reçu en 1829, il fait carrière dans l'artillerie où il est successivement lieutenant (1833), capitaine (1840), lieutenant-colonel (1857), colonel (1859) et général de brigade (1867).

Il s'intéresse principalement aux armements, et ses innovations lui valent d'être détaché à la manufacture d’armes de Châtellerault (1840), puis après une période de retour au service, à l’atelier de précision du comité de l’artillerie (1851).

On lui doit le fusil des Cent-gardes ou mousqueton Treuille de Beaulieu et les premières bouches à feu en acier à canon rayé, éléments de base de la réforme de l'artillerie connue sous le nom de système Lahitte (1858). Il participe à l'élaboration du fusil Modèle 1866 ou Chassepot.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Armes de guerre portatives, Imprimerie de P. Dupont, Paris, 1867

Littérature[modifier | modifier le code]

Sa notoriété du moment lui valut d'être cité par Jules Verne dans son roman De la Terre à la Lune comme étant une référence en matière de conception d'arme : « Les Armstrong, les Pallisser et les Treuille de Beaulieu n’eurent plus qu’à s’incliner devant leurs rivaux d’outre-mer. »[2]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Mention sur le site de la Fédération nationale de l'artillerie
  2. Jules Verne, De la Terre à la Lune, J. Hetzel et Compagnie, 1865, Chapitre 1 Lire en ligne

Liens externes[modifier | modifier le code]