Antoine Haumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haumont.

Antoine Haumont est un géographe français né le 7 mars 1935 et décédé le 16 août 2016 à Paris.

Attaché à l'interdisciplinarité, ses enseignements et ses recherches ont été en interrelation permanente avec d'autres savoirs scientifiques comme la sociologie, la biographie, la démographie, l'architecture et les sciences pour l'ingénieur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Géographe et aménageur français, il fut l'élève de Pierre George, Marcel Roncayolo, d'Yves Lacoste à l'Institut de géographie de la Rue Saint-Jacques (Paris). Il enseigna l'aménagement du territoire à l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussées (ENPC) où il fut Maître de conférences en 1973 puis Professeur à partir de 1983. À côté des formations aux sciences de l’ingénieur, l'ENPC tentait d'introduire une approche 'sciences sociales' en plus de ses cours d’économie et de droit [1].

Une pratique interdisciplinaire[modifier | modifier le code]

Pratiquant l'interdisciplinarité [2], il a participé en 1962 à la fondation de l’Institut de Sociologie Urbaine (ISU) dirigé alors par Henri Lefebvre.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Raymond H., Haumont N., Dezès M.G., Haumont A. (1966), L’Habitat Pavillonnaire, L’Harmattan
  • Haumont A. (1967). 'Les quartiers dans trois communes de la banlieue parisienne', Cahiers de l’IAURP, vol 7, 25 p.
  • Haumont A. (1968). 'Les agglomérations françaises de plus de 50000 habitants', Revue française de Sociologie, 28 p.
  • Haumont A. (1969), Les équipements sportifs dans la Région Parisienne, Paris, ISU/Districts de la Région Parisienne, 205 p.
  • Haumont A. (1976), 'Les espaces du travail aujourd’hui', Architecture d’Aujourd’hui, n° 188.
  • Haumont A., Lassave P. (2001), Mobilités spatiales. Une question de société, L’Harmattan, 196 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ['il n’y avait pas de cours en sciences sociales qui auraient permis de réfléchir à l’adaptation des techniques aux conditions et aux modes de vie. L’idée est donc d’introduire dans la formation des ingénieurs des connaissances supra-fonctionnelles c’est-à-dire qui obligent à penser les réseaux d’infrastructure en relation avec la société qui les utilise', A. Sierra (2013).]
  2. [A. Sierra (2013), « Parcours de géographe : Antoine Haumont, cinquante ans de pratiques de l’interdisciplinarité et de l’intercognitivité », http://echogeo.revues.org/13324; DOI : 10.4000/echogeo.13324]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]