Andreï Lougovoï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Andreï Lougovoï
Image dans Infobox.
Andreï Lougovoï en 2019.
Fonctions
Député à la Douma
6e Douma d'État de la fédération de Russie (en)
-
Député à la Douma
8e Douma d'État de la fédération de Russie (en)
Député à la Douma
7e Douma d'État de la fédération de Russie (en)
Député à la Douma
5e Douma d'État de la fédération de Russie (en)
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Homme politique, homme d'affaires, député à la DoumaVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
7e Douma d'État de la fédération de Russie (en)
5e Douma d'État de la fédération de Russie (en)
6e Douma d'État de la fédération de Russie (en)
8e Douma d'État de la fédération de Russie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinction
Ordre du Mérite pour la Patrie - 2e classe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Andreï Konstantinovitch Lougovoï (russe : Андрей Константинович Луговой) (né le (55 ans) à Bakou, en RSS d'Azerbaïdjan [1] ) est un ancien agent opérationnel du KGB et un multimillionnaire[réf. nécessaire] qui a rencontré Alexandre Litvinenko le jour où ce dernier commença à se sentir malade, le .

Les soupçons dans l'affaire Litvinenko[modifier | modifier le code]

Litvinenko meurt plus tard en novembre du fait d'un empoisonnement par radiations causé par du polonium-210 et le les autorités britanniques accusent officiellement Lougovoï du meurtre de Litvinenko, annonçant qu'elles demandent son extradition de Russie.[réf. nécessaire] En réponse, la Russie rappelle que la Constitution russe interdit d'extrader un citoyen russe, tandis que Lougovoï accuse les services secrets britanniques d'être impliqués dans le meurtre de Litvinenko. Lougovoï retourne à Moscou après son passage à Londres, où il réside toujours librement.

Le , Vladimir Jirinovski, chef du Parti libéral-démocrate de Russie (PLDR), a déclaré que Andreï Lougovoï serait deuxième de sa liste aux élections parlementaires de la Douma. Il a été élu et entre à la Douma en , et bénéficie désormais de l'immunité parlementaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le fantôme du KGB », « Portraits », Libération, no 8 319, 4 février 2008, p. 40.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :