Anémic Cinéma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anémic Cinéma est un film expérimental muet, en noir et blanc, de 7 minutes réalisé par Marcel Duchamp en 1926. Ce court-métrage 35 mm fait alterner le tournoiement de disques optiques, que Duchamp appelle Rotoreliefs, avec des séquences de jeux de mots en français.

Le film[modifier | modifier le code]

Les Rotoreliefs sont des disques de carton, imprimés de motifs en spirale, utilisés sur des tourne-disques, afin de produire l'illusion du volume ; leur rotation produit des effets de renflement et de creusement. Il y a un jeu sur l'illusion optique : selon les spectateurs, les disques sont tantôt vus en creux, tantôt en relief [1]. Duchamp déposera l'idée auprès du Tribunal de commerce de la Seine le 9 mai 1935 et les présentera en août de la même année au concours Lépine. L'aventure est un désastre financier ; cependant, certains spécialistes d'optique ont pensé qu'ils pourraient être utiles pour restaurer une vision en trois dimensions chez les personnes avec un seul œil [2].

Le film est une succession de plans fixes : les dix séquences de disques Rotoreliefs alternent avec neuf séquences où sont filmés des disques où sont inscrits des jeux de mots, calembours et allitérations en français, disposés en spirales :

  • Bains de gros thé, verser les grains de beauté sans trop de bengué
  • L'enfant qui tète est un souffleur de président chaude et n aime pas le chou-fleur de serre-chaude
  • Si je te donne un sou, me donneras-tu une paire de ciseaux ?
  • À la demande des moustiques domestiques (demi-stock) pour la cure d'azote sur la côte d'Azur
  • Inceste ou la passion de famille, à coups trop tirés
  • Esquivons les ecchymoses des Esquimaux aux mots exquis
  • Avez-vous déjà mis la moelle de l'épée dans le poêle de l'aimée ?
  • Parmi nos articles de quincaillerie paresseuse, nous recommandons le robinet qui s'arrête de couler quand on ne l'écoute pas
  • L'aspirant habite Javel et moi j'avais l'habite en spirale

Le titre du film est en forme de palindrome imparfait[3].

Réalisation et réception[modifier | modifier le code]

Duchamp signe le film de son alter ego Rrose Sélavy. Il le réalise en collaboration avec Man Ray et Marc Allégret, pendant l'été 1926 ; Anémic cinéma est filmé image par image, selon la technique des dessins animés.

Il est présenté en décembre 1926 au Fifth Avenue Theater de New York, sans susciter de réaction particulière [3].

En décembre 1936, la galerie Julien Levy à New York propose une projection du film, avec le film-collage Rose Hobart de Joseph Cornell, et L’Étoile de mer de Man Ray [4],[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick De Haas, Cinéma intégral/De la peinture au cinéma dans les années vingt, Paris, Transédition, , p. 30
  2. Calvin Tomkins, Duchamp : une biographie, , p. 301-303.
  3. a et b Serge Sanchez
  4. « Joseph Cornell et les surréalistes à New York : Dali, Duchamp, Ernst, Man Ray... », sur Musée des beaux-arts de Lyon (consulté le 18 décembre 2016)
  5. Chantal Le Sauze, « Le temps suspendu ou l’univers cinématique de Joseph Cornell », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, no 41,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Annette Michelson, « Anemic Cinema': Reflections on an Emblematic Work », Artforum, no 2,‎ , p. 64-69.
  • (en) Katrina Martin, « Marcel Duchamp's Anemic Cinema », Studio International, no 973,‎ , p. 53-60.
  • Serge Sanchez, Man Ray, Gallimard, , 355 p. (ISBN 978-2-07-044933-0).
  • Avant-garde : des films expérimentaux des années 1920 et 1930 (collection de DVD qui comprend Anémic Cinéma)

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Film visible sur Ubu.com, en ligne