Amorino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Amorino est une marque française de glaces italiennes, dont les boutiques franchisées sont présentes dans 16 pays.

Amorino
Création 11-04-2002
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Orly
Direction Cristiano Sereni

Paolo Benassi

Actionnaires Paolo Benassi
Activité Restauration de type rapide
Produits Glaces
Sociétés sœurs B2S

CPF

CPH holding

Amorino

Bangiup (holding)

SIREN 489779009[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.amorino.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Historique[modifier | modifier le code]

L'entreprise Amorino, est fondée en 2002 par deux amis d'enfance, Cristiano Sereni et Paolo Benassi, qui ouvrent leur première boutique sur l'île Saint-Louis, à Paris[2],[3]. En 2005[4], Amorino développe des franchises en France puis à l'étranger à partir de 2008[5].

Activités[modifier | modifier le code]

Amorino fabrique et commercialise des glaces italiennes naturelles en forme de fleurs servies à la spatule (25 parfums)[2],[6],[7].

Un exemple de création à partir de crèmes glacées et de sorbet Amorino.

Depuis 2011[8], l'ensemble des boutiques est fourni par un même laboratoire basé à Orly dans le Val-de-Marne, à proximité du Marché international de Rungis[9],[10],[11].

En 2018, 170 boutiques Amorino existent dans 16 pays[12] (principalement en Europe, dans des villes touristiques[5]). En 2019, 60 % du chiffre d'affaires est réalisé hors de France[5].

Chiffres clés
2007 2009 2011 2013 2015 2017
Chiffre d'affaires (en millions d'euros) 8[2] 15[2] 24[2] 51[3] 75[13]
Nombre d'employés 40[10]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Florentin Collomp, «Amorino, un glacier italien "made in France"», Le Figaro.fr économie,14/08/2008 [lire en ligne]
  • Sébastien Dumoulin, « Les glaces Amorino, c'est bon et basta », Capital, no 250,‎ , p. 48-49 (lire en ligne, consulté le ).
  • Stéphan Lagorge, Thomas Dhellemmes, Cécile Coulier, "Trésors Glacés", Éditions Chêne,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Système national d'identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements, (base de données)Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. a b c d et e Capital 2012.
  3. a et b Corinne Caillaud, « Cristiano Sereni étend l'empire des glaces Amorino dans le monde », sur Le Figaro, (consulté le )
  4. « Les Gelati parisiennes à la conquête du monde », L'express Entreprise,‎ , p. 10
  5. a b et c Sabine Germain, « Amorino fond sur toutes les langues », L'express Réussir, no 50,‎ , p. 48
  6. « Les secrets de la réussite d'Amorino », sur LEntreprise.com, (consulté le )
  7. Gilbert Pytel, « Amorino - Boutiques dans le Grand Paris », sur Télérama.fr,
  8. « Cristiano Sereni à la conquête des Français avec le glacier Amorino », Le Figaro,‎ , p. 27
  9. « Ils concoctent la crème de la glace italienne à Orly », Le Parisien, (consulté le )
  10. a et b Domitille Arrivet, « Ils craquent tous pour Amorino », sur Le Point, (consulté le )
  11. Keren Lentschner, « Le glacier Amorino multiplie les ouvertures à l'étranger », sur Le Figaro, (consulté le )
  12. « Quatre boutiques de plus pour la franchise Amorino », (consulté le )
  13. Olivia Détroyat, « Amorino lance une enseigne à basses calories », Le Figaro,‎ , p. 23

Liens externes[modifier | modifier le code]