Améthyste (couleur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Améthyste (homonymie).

Le nom de couleur améthyste désigne des nuances de violet rappelant de la pierre précieuse améthyste.

L'améthyste est la pierre précieuse portée par les évêques, et le violet d'évêque est une teinture dont la couleur pourrait aussi bien se désigner comme améthyste.

Au XIXe siècle, Michel-Eugène Chevreul a entrepris de repérer les couleurs les unes par rapport aux autres et par rapport aux raies de Fraunhofer. Il cite l'améthyste parmi les « Noms de couleur le plus fréquemment usités dans la conversation et dans les livres », et la cote
5 bleu-violet du 3       *    au 16 ton ;
la couleur sur soie améthyste de Guinon est le 11 ton [1]. La couleur violet d'évêque de Tuvée est d'un seul degré plus bleue, et la couleur contiguë coté rouge est le violet type.

Le Répertoire de couleurs de la Société des chrysanthémistes publié en 1905 donne un ton d'un Améthyste, « vue sous un certain angle, cette couleur rappelle un peu celle de la pierre précieuse de ce nom »[2].

Dans les nuanciers modernes, on trouve 553 améthyste violette[3] ; 085 améthyste[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel-Eugène Chevreul, « Moyen de nommer et de définir les couleurs », Mémoires de l'Académie des sciences de l'Institut de France, t. 33,‎ , p. 130, 170 (lire en ligne). La teinte est tirée de Eugène Chevreul, Cercles chromatiques de M. E. Chevreul : reproduits au moyen de la chromocalcographie, gravure et impression en taille douce combinées, Paris, Digeon, (lire en ligne), les tons sont transcrits en clarté L*=(21-ton)/21. Les couleurs obtenues sont converties en CIE XYZ, puis en sRGB.
  2. Henri Dauthenay, Répertoire de couleurs pour aider à la détermination des couleurs des fleurs, des feuillages et des fruits : publié par la Société française des chrysanthémistes et René Oberthür ; avec la collaboration principale de Henri Dauthenay, et celle de MM. Julien Mouillefert, C. Harman Payne, Max Leichtlin, N. Severi et Miguel Cortès, vol. 1, Paris, Librairie horticole, (lire en ligne), p. 197
  3. « Nuancier DMC numéros et noms », sur sd-g1.archive-host.com (consulté le 28 décembre 2014).
  4. « Marqueur Promarker » (consulté le 28 décembre 2014).