Parme (couleur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parme.
Violettes de Parme

Le parme est la couleur de la violette odorante, autrefois dite violette de Parme[1], d'une nuance de violet clair.

Cette désignation s'emploie principalement dans le domaine de l'habillement.

« C'est à l'aide de l'orseille que l'on produit cette magnifique couleur parme, qui n'est autre que la couleur même de l'orseille modifiée par l'action de la chaux. »

— Journal de pharmacie et de chimie, 1850[2].

À cette époque, les couleurs pourpre, mauve, violettes étaient très à la mode, et les teinturiers mettaient beaucoup d'efforts à en fabriquer. L'orseille fut remplacée par rapidement par des colorants synthétiques[3].

En 1860, Michel-Eugène Chevreul définit cette couleur comme « 2 Bleu-Violet », c'est-à-dire au 2/5 intermédiaire entre le bleu-violet et le violet, lavé de blanc de 7 à 9 tons[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Trésor de la langue française
  2. Barreswill, « Résumé de la méthode d'impression de M. Ch. Broquette », Journal de pharmacie et de chimie,‎ , p. 275 (lire en ligne).
  3. Philip Ball (trad. Jacques Bonnet), Histoire vivante des couleurs : 5000 ans de peinture racontée par les pigments [« Bright Earth: The Invention of Colour »], Paris, Hazan,‎ , p. 305-313.
  4. Michel-Eugène Chevreul, « Moyen de nommer et de définir les couleurs », Mémoires de l'Académie des sciences de l'Institut de France, t. 33,‎ , p. 565 (lire en ligne).