Feux de circulation diurne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Feux de circulation diurnes LED sur une Audi A4
feux diurnes à LED pour vélo, Cyo RT de Busch&Müller.

Les feux de circulation diurnes, aussi appelés feux de jour, sont un dispositif de lumière à l'avant d'un véhicule, destiné à être mieux vu par les autres usagers de la route. Très souvent des systèmes de lampes à LED sont utilisés (qui donnent une lumière blanche ) mais peuvent aussi être des lampes halogènes .

Historique[modifier | modifier le code]

Il y a eu de nombreuses années de débats pour évaluer le bénéfice sécuritaire, l'inconvénient d'une consommation de carburant supplémentaire, la perte de visibilité éventuelle d'autres utilisateurs routiers (piétons, motards)...

La Commission européenne était en faveur de cette mesure. Elle a financé à deux reprises en 1995 et en 2002 des groupements de laboratoires européens pour faire une synthèse des études existantes sur l’usage des feux de croisement le jour, la première fois d’une manière très générale et la deuxième fois sur le sujet plus spécifique des usagers vulnérables.

Finalement, la Commission européenne considère que les conclusions de ces études sont très favorables. Elle oblige les constructeurs à installer un système d'éclairage diurne dédié sur tous les véhicules légers mis sur le marché après le [1]. Les poids lourds ont été concernés par la même directive en août 2012.

Réglementation[modifier | modifier le code]

Ces feux doivent s'allumer automatiquement dès que le moteur est lancé, et doivent s'éteindre (manuellement ou automatiquement) lorsque l'on utilise les feux nocturnes, ou au moins être affaiblis s'ils servent aussi de feux de positions.

Ils doivent être techniquement distincts des autres types d'éclairage (conforme à la directive R87). Ils ne peuvent se substituer aux feux de croisement qui, eux, sont conçus pour éclairer la chaussée.

En l'état actuel de la législation européenne (2017), les feux diurnes doivent être écartés de 60 cm minimum, être fixés en hauteur entre 25 cm minimum et 150 cm maximum, et avoir une puissance comprise entre 400 et 1 200 candelas, sans être éblouissants[2].

En Europe, les véhicules anciens ne sont pas obligés de s'équiper, mais peuvent être obligés à rouler en feux de croisement de jour, selon les pays[3].

Impact environnemental[modifier | modifier le code]

Avant l'entrée en vigueur, il y avait eu discussions entre le bénéfice de sécurité, et la consommation de carburant supplémentaire non négligeable induite par l'allumage de feux de jours, qui pouvait atteindre 2 % avec des feux de croisement. Depuis l’avènement des «DEL», (ou LED en anglais) le supplément de consommation est d'environ 0,2 %.

Cette technologie DEL assure également une grande longévité, ainsi que des possibilités de «design» variées, qui doivent néanmoins respecter la réglementation (hauteur, écarts , puissance, etc.) article R313-4-1 du Code de la route en France[4].

Autres véhicules[modifier | modifier le code]

Les feux diurnes existent également pour les bicyclettes, et bien que non obligatoires, ils sont fortement conseillés à ces utilisateurs vulnérables[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Directive 2008/89/CE de la commission du 24 septembre 2008 ... concernant l’installation de dispositifs d’éclairage et de signalisation lumineuse des véhicules à moteur et de leurs remorques », sur eur-lex.europa.eu, (consulté le 4 juin 2017)
  2. « Réglement 48 de la CEE-ONU relative à l'homologation », sur eur-lex-europa, (consulté le 21 février 2017)
  3. « cas particuliers pays EU », sur europ-assistance.be, (consulté le 21 février 2017)
  4. Article R313-4-1 du 15 avril 2016, sur legifrance.gouv.fr, consulté le 21 mars 2017
  5. « éclairage vélos », sur fub.fr, (consulté le 19 février 2017)