Gilet de haute visibilité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur les redirections « Gilet jaune » redirige ici. Pour le mouvement social français, voir Mouvement des Gilets jaunes.
Un gilet haute visibilité.
Personne portant un gilet jaune avec l'inscription „Ordner“ au concert du Christival.
Cycliste en Allemagne.
Ouvrier portant des gilets de sécurité lors du bétonnage du plancher d'un bâtiment.
Personnel de l'aéroport vêtu de gilets orangés d'avertissement à l'occasion de la connexion d'une unité d'alimentation au sol à un aéronef.

Le gilet de haute visibilité ou gilet de sécurité est un vêtement à haute visibilité considéré comme un équipement de protection individuelle (EPI), destiné à améliorer la visibilité d'une personne évoluant en bordure de chaussée en situation dangereuse ou sur un chantier. Bien que l'on parle d'un « gilet » ou d'une « chasuble », toutes sortes de vêtements couvrant le haut du corps peuvent remplir la même fonction – en reprenant largement les caractéristiques extérieures d'un vêtement à haute visibilité (couleurs fluorescentes, surfaces rétroréfléchissantes) : chemise, débardeur, tee-shirt, polo, sweat, pull, anorak, blouson, veste, parka, cape de pluie, combinaison (en) – sinon le gilet ou chasuble est à enfiler par-dessus ses autres vêtements.

Si ce type de vêtement existe en plusieurs couleurs, le jaune est le plus courant, au point que l'expression « gilet jaune » est souvent utilisée pour désigner ces gilets de façon générique[1].

Fonctions[modifier | modifier le code]

Cet équipement a pour fonction de renforcer la sécurité du personnel travaillant sur les chantiers routiers ou celle des usagers en situation d'arrêt d'urgence : la personne doit être mieux perçue par les autres usagers lorsqu'elle sort de son véhicule.

Le kit de sécurité[modifier | modifier le code]

Le gilet de sécurité fait partie d’un ensemble d’équipements indispensables en cas d’accident, que l’on appelle un kit de sécurité.

Le kit de sécurité peut comprendre, suivant les pays et le type de véhicule :

Historique[modifier | modifier le code]

Si le port du gilet de sécurité est obligatoire depuis longtemps pour le personnel présent sur les lieux d’un chantier, afin qu'il puisse être vu des usagers, l’obligation fait aux conducteurs de véhicules de porter cet équipement ne remonte en Europe qu’au début des années 2000 : en 2004 pour l’Italie, l’Espagne [2] et le Portugal, en 2005 pour l’Autriche, en 2007 pour la Belgique, en 2008 pour le Luxembourg et la France.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le gilet de sécurité est fluorescent. Il est équipé de 2 à 4 bandes rétroréfléchissantes généralement de technologie micro billes.

Il doit être conforme à la réglementation en vigueur ISO 20471:2013[3] .

Du 1er juillet 1992[4] au 1er octobre 2013[5], la norme à respecter était la norme européenne EN 471 qui résultait de la directive 89/686/CEE du Conseil de l'Union européenne du 21 décembre 1989[4], concernant le rapprochement des législations des États membres relatives aux équipements de protection individuelle. Il s'agissait d’une directive économique dite « nouvelle approche »[4], qui fixait des exigences essentielles de santé et de sécurité.

Si la campagne de communication de la Sécurité routière française mettant en scène le couturier Karl Lagerfeld a mis l'accent le gilet de couleur jaune fluorescent, les gilets de sécurité peuvent être de différentes couleurs (jaune, rouge ou orange). Les Italiens, par exemple, exigent que ces gilets soient de couleur… verte, orange ou rouge, oubliant le jaune.[réf. souhaitée]

Réglementation en Europe selon les pays[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Le gilet est obligatoire depuis le .

Autriche[modifier | modifier le code]

Le gilet est obligatoire depuis le .

Belgique[modifier | modifier le code]

Avec l’arrêté royal du [6], le port d’une veste de sécurité rétro-réfléchissante devient obligatoire sur les autoroutes et routes pour automobiles pour tout conducteur d’un véhicule en panne qui est rangé à un endroit où l’arrêt et le stationnement sont interdits, dès qu’il sort de son véhicule.

Espagne[modifier | modifier le code]

Le gilet de sécurité réfléchissant est obligatoire à bord de tous les véhicules depuis 2017 ainsi que deux triangles de signalisation[7].

France[modifier | modifier le code]

Agent de la police nationale à Paris.

Selon le code de la route, « le conducteur doit revêtir un gilet de haute visibilité conforme à la réglementation lorsqu’il est amené à quitter un véhicule immobilisé sur la chaussée ou ses abords à la suite d’un arrêt d’urgence[8],[9].

En circulation, le conducteur doit disposer de ce gilet à portée de main. Lorsqu’il conduit un véhicule à deux ou trois roues à moteur ou un quadricycle à moteur non carrossé, il doit disposer de ce gilet sur lui ou dans un rangement du véhicule[10]. »

Selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, le gilet doit être fluorescent, de couleur orange, jaune, vert, rose, rouge, jaune-vert, jaune-orange, ou orange-rouge ; il doit également posséder une capacité de rétroréflexion[11].

Depuis septembre 2016, le port du gilet est obligatoire pour les conducteur ou passager de cycles circulant hors agglomération, lorsque les conditions de visibilité l'exigent (nuit, brouillard, …)[12]

En cas de non port du gilet lorsque requis, une contravention de la 4e classe peut être dressée. Si le gilet n'est pas disponible, cela peut faire l'objet d'une contravention de la 1re classe[10].

Cette obligation est valable depuis le 1er octobre 2008 et est étendue depuis le 1er janvier 2016 aux véhicules à deux ou trois roues à moteur et aux quadricycles à moteur non carrossés[10]. La loi ne parlant que du conducteur il n'est pas obligatoire d'avoir un gilet par passager[13].

Italie[modifier | modifier le code]

Depuis le aucun automobiliste ne peut descendre du véhicule immobilisé sur la chaussée ou ses abords à la suite d’un arrêt d’urgence sans porter sur soi ce gilet. Au-delà de ce cas le conducteur qui ne dispose pas de ce gilet à portée de main en circulation, n'est pas punissable.

Luxembourg[modifier | modifier le code]

Au Luxembourg, le port du gilet est obligatoire dès que le conducteur quitte son véhicule et se trouve sur la chaussée ou sur le bas-côté, en dehors des agglomérations[14].

République tchèque[modifier | modifier le code]

Depuis le , tout automobiliste doit avoir dans sa voiture[15] :

  • 1 veste de sécurité à haute visibilité, de couleur verte
  • 1 kit de premier secours,
  • 1 paire de lunettes de secours (pour ceux qui portent des lunettes de vue)
  • 1 triangle de pré-signalisation,
  • 1 boîte de lampes de secours.

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Fabricants[modifier | modifier le code]

Utilisations particulières[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mouvement des Gilets jaunes.

Le gilet jaune est devenu le symbole d'un mouvement de protestation apparu en France et dans plusieurs autres pays en novembre 2018. Le mouvement est dit « mouvement des Gilets jaunes ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Port du gilet jaune à moto: quelles sont les règles? », sur lefigaro.fr, .
  2. cf article de AA Motoring Trust.
  3. « ISO 20471:2013 - Vêtements à haute visibilité -- Méthodes d'essai et exigences », sur ISO (consulté le 16 septembre 2016).
  4. a b et c « Équipements de protection individuelle », sur http://eur-lex.europa.eu (consulté le 14 juin 2011).
  5. « Une nouvelle norme (internationale) pour les vêtements à haute visibilité », sur Intersafe (consulté le 16 septembre 2016).
  6. cf l’arrêté royal du 7 janvier 2007 (paru le ).
  7. « Conduire en Espagne », sur spain.info (consulté le 5 janvier 2016).
  8. http://www.securite-routiere.gouv.fr/connaitre-les-regles/le-vehicule/le-triangle-et-le-gilet.
  9. https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F19459.
  10. a b et c Article R416-19 du code de la route en vigueur du 1er octobre 2008 au 1er janvier 2016.
  11. « Gilet et triangle de sécurité », sur Le portail des ministères économiques et financiers (consulté le 29 août 2018).
  12. Code de la route - Article R431-1-1 (lire en ligne).
  13. « Vrai-Faux : vérités et contre-vérités sur le gilet jaune obligatoire », sur moto-journal.fr, (consulté le 5 janvier 2016).
  14. Vestes de sécurité, sur le site de l'Automobile Club du Luxembourg. Consulté le 29 juin 2012.
  15. europeaccident.co.uk.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • PIC (Revue professionnelle) avril 2007

Articles connexes[modifier | modifier le code]