Alexander Werth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alexander Werth
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Œuvres principales
Russia at War, 1941-1945 (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Alexander Werth, né le à Saint-Pétersbourg et mort le à Paris, est un journaliste et correspondant de guerre britannique d'origine russe. Sa famille avait fui au Royaume-Uni après la révolution russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

En , Alexander Werth se trouve à Paris en tant que correspondant de guerre, il écrit aussi un journal dont il fera un livre relatant les derniers jours de Paris avant l'entrée des troupes nazies. Il décrit notamment les états d'âme de la classe politique française qui ont conduit à la débâcle de l'armée française[1].

Dans l'entre-deux-guerres, Werth écrit sur la France. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il écrit sur la Russie, en particulier sur la bataille de Stalingrad et le siège de Leningrad. Il est sur place le correspondant de la BBC[2].

En 1944, il fait partie du groupe de journalistes qui visite le camp de Majdanek après sa découverte par l'Armée rouge.

Il est le correspondant du Guardian à Moscou de 1941 à 1948. Il doit quitter l'URSS en 1948[3].

L'historien français Nicolas Werth, spécialiste de l'Union soviétique, est son fils.

Livres traduits en français[modifier | modifier le code]

  • Scandale musical à Moscou : la « Jdanovschina » en musique, 1948, Tallandier, 2010.
  • Les derniers jours de Paris, Hamish Hamilton, 1941 (traduit par Louis Genissieux).
  • Leningrad, 1943, Tallandier, 2010.
  • La Russie en guerre. Tome 1, La patrie en danger, 1941-1942, Tallandier, coll. « Texto », 2011.
  • La Russie en guerre. Tome 2, De Stalingrad à Berlin, 1943-1945, Tallandier, coll. « Texto », 2011.
  • La Russie en guerre : 1941-1942 : la Wehrmacht à l'assaut, L'encyclopédie contemporaine, Éditions Stock, Paris, 1967
  • Stalingrad, 1942, Fayard, 2013.
  • L'Été noir de 42, Fayard, 2022.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Antoine Perraud, « La Russie selon les Werth : de Saint-Pétersbourg sous le tsar à la France occupée », sur Mediapart (consulté le )
  2. Antoine Perraud, « La Russie selon les Werth : correspondant de guerre à Moscou », sur Mediapart (consulté le )
  3. Antoine Perraud, « Pris en étau par la guerre froide », sur Mediapart (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]