Alec Jeffreys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Alec J. Jeffreys)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeffreys.
Alec John Jeffreys
Description de cette image, également commentée ci-après

Alec Jeffreys

Naissance (66 ans)
Luton, Bedfordshire (Angleterre)
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Champs Génétique
Institutions Université de Leicester
Diplôme Merton College
Renommé pour la technique d'empreinte génétique

Sir Alec John Jeffreys (né le à Luton, Bedfordshire) est un généticien britannique qui a développé des techniques d'empreinte génétique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après ses études au Merton College de l'Université d'Oxford il se déplace à Leicester[1] où il développe une technique d'empreinte génétique basé sur un échantillonnage des variations du code génétique pour identifier un individu. Cette technique est utilisée en médecine légale comme moyen d'investigation judiciaire, pour résoudre des recherches de paternité, identifier des criminels etc. Elle peut être utilisée sur d'autres espèces que l'Homme.

L'empreinte génétique a été utilisée pour la première fois pour identifier le violeur et meurtrier de deux jeunes filles de Narborough dans le Leicestershire en 1983 et 1986. Le premier test a permis d'innocenter un suspect, puis le coupable a été trouvé à partir de la prise de l'empreinte génétique de 5 000 personnes de la région.

Jeffreys raffine la prise d'empreinte en développant une technique fondée sur des séquences du code génétique hautement variables, les minisatellites. La prise d'une empreinte se fait donc sur quelques-unes de ces séquences, ce qui facilite la reproductibilité des résultats et donne des résultats moins volumineux à stocker et plus facilement manipulables dans des bases de données. Un laboratoire moderne peut effectuer ainsi plusieurs centaines d'empreintes par jour. La technique inventée par Jeffreys est à la base de la UK National DNA Database, la plus vaste base de données sur ce sujet à ce jour contenant 3,4 millions d'enregistrements en décembre 2005[2]. Les lois britanniques permettent qu'une empreinte génétique de toute personne arrêtée soit prise et qu'elle soit conservée même si la personne est reconnue innocente. Jeffreys s'est opposé au système actuel en proposant que la base de données soit gérée par une tierce partie indépendante[3].

Alec Jeffreys et son équipe étudient maintenant l'effet d'irradiation tel que celles qui ont suivi la fusion du réacteur de Tchernobyl. Leurs autres centres d'intérêts comprennent l'analyse de l'instabilité et des recombinaisons génétiques du génome humain à partir d'un seul gamète, les approches transgéniques et les effets des radiations ionisantes sur les mutations de la lignée germinale.

Alec Jeffreys devient Fellow (en) de la Royal Society en 1986, puis professeur de cette société savante[4].

Il est fait chevalier en 1994[5].

Origine de la découverte[modifier | modifier le code]

Alec Jeffreys a indiqué avoir découvert par hasard le concept d'empreinte génétique. Il précise avoir eu son moment « eurêka » (j’ai trouvé) dans son laboratoire à Leicester après avoir regardé une image radiographique d'une expérience sur l'ADN, le , qui a montré de manière inattendue, à la fois des similitudes et des différences entre l'ADN de différents membres de la famille de son technicien de laboratoire (lui-même, son père et sa mère)[6].

Dans la demi-heure suivante, il a réalisé la portée éventuelle des empreintes génétiques, et de leurs variations pour identifier sans ambiguïté les individus. La méthode est devenue importante dans la médecine légale pour aider la police dans son travail d'investigation, mais aussi appliquée à l'analyse génétique des espèces non humaines comme les animaux. Avant que ses méthodes d'analyse ne soient commercialisées en 1987, son laboratoire était le seul centre mondial spécialisé dans les empreintes génétiques, et extrêmement sollicité par des demandes d'analyses, émanant de partout dans le monde[7].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Entre autres :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Université de Leicester, « Biography of Professor Sir Alec Jeffreys », sur le.ac.uk (consulté le 10 février 2016).
  2. (en) London Evening Standard, 20 décembre 2005
  3. (en) BBC New, 12 septembre 2002
  4. (en) The Royal Society, « Sir Alec Jeffreys », sur royalsociety.org (consulté le 11 février 2016).
  5. London Gazette : n° 53741, p. 10497, 22-07-1994
  6. (en) British Broadcasting Corporation, « DNA pioneer's 'eureka' moment », sur news.bbc.co.uk,‎ (consulté le 10 février 2016).
  7. Office Européen des Brevets, « Sir Alec Jeffreys (Royaume-Uni) », sur epo.org (consulté le 11 février 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]