Aldegonde Desmoulins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aldegonde Desmoulins
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Autres informations
Nom en religion
AldegondeVoir et modifier les données sur Wikidata
Ordre religieux
Genre artistique

Antoinette Desmoulins, plus connue sous son nom en religion sœur Aldegonde Desmoulins, est une religieuse bénédictine, née en 1611 à Mons et morte le à l'abbaye de la Paix Notre-Dame de Liège. Elle est connue pour l'importance et la diversité de sa production littéraire, musicale, picturale et architecturale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Antoinette Desmoulins naît en 1611 à Mons, de Jean Desmoulins, peintre, et de Yolande ou Hélaine Hennault. C'est probablement son père qui est son premier formateur en dessin et en peinture[1]. Attirée tôt par la vie religieuse, elle songe dès ses dix-sept ans à prendre le voile, mais ne passe pas à l'acte pour des raisons inconnues. En avril 1640, la fondation de l'abbaye Notre-Dame de la Paix de Mons attire son attention sur cette congrégation. Elle choisit en revanche la maison-mère de Liège pour y faire ses vœux[2].

Sa prise d'habit a lieu le 12 novembre 1640, ses vœux définitifs au début de 1642. Elle meurt dans ce monastère le [2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

La façade de l'église abbatiale de la Paix Notre-Dame de Liège, œuvre d'Aldegonde Desmoulins.

Tout au long de sa vie religieuse, Aldegonde Desmoulins produit une œuvre artistique très vaste et diverse : littéraire, musicale, picturale et architecturale.

Son travail le plus connu est la maîtrise d'œuvre de la construction de la nouvelle église abbatiale, chantier qu'elle mène de 1675 à 1690[2] à la demande de la deuxième abbesse de la Paix Notre-Dame, Madame Counotte[3].

Sur le plan musical, des visiteurs venus à l'occasion d'une profession solennelle le 27 février 1669 entendent « une très belle musique […] une belle chanson en Francoy, composée par Dame Aldegonde ». Une pièce morale, dont des fragments ont été retrouvés au XIXe siècle, lui est parfois attribuée. Elle est composée en vers pour partie français et pour partie wallons, et traite de la vanité des plaisirs mondains et du sérieux du mariage[4].

Elle a également une production notable en peinture sur bois, en calligraphie et en enluminure des manuscrits, notamment un bréviaire qu’elle a co-signé, revêtu de lettrines et de cartouches, et qui est conservé au monastère des bénédictines de Liège. Elle réalise également les esquisses préparatoires des vêtements et ornements liturgiques[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Julie Piront, « Les religieuses à l’époque moderne : architectes, gestionnaires de chantier et manouvrières », Livraisons d’histoire de l’architecture n° 35,‎ , p. 29-40 (lire en ligne)
  2. a b c et d Julie Piront, « Notice de dictionnaire consacrée à Antoinette Desmoulins (1611-1692) : en religion sœur Aldegonde, bénédictine de la Paix Notre-Dame à Liège, religieuse architecte », dans Bulletin de l'Institut archéologique liégeois, Liège, (lire en ligne).
  3. « historique – BENEDICTINES DE LIEGE » (consulté le )
  4. Joseph Demarteau 1852, II. Une Hroswita wallonne, p. 158.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Joseph Demarteau 1852] Joseph Demarteau, « L'église des bénédictines de Liège : Son architecte dame Aldegonde Desmoulins », dans Dictionnaire des Femmes de l’Ancienne France, SIEFAR, , 393 + xxii (OCLC 1041659274, lire en ligne), p. 149-198 ;
  • [Julie Piront 2018-1] Julie Piront, « Notice de dictionnaire consacrée à Antoinette Desmoulins (1611-1692) : en religion sœur Aldegonde, bénédictine de la Paix Notre-Dame à Liège, religieuse architecte », dans Bulletin de l'Institut archéologique liégeois, Liège, (lire en ligne) ;
  • [Julie Piront 2018-2] Julie Piront, « Les religieuses à l’époque moderne : architectes, gestionnaires de chantier et manouvrières », Livraisons d'histoire de l'architecture,‎ , p. 29-40 (DOI 10.4000/lha.915, lire en ligne).