Akalabeth: World of Doom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Akalabeth: World of Doom
Éditeur California Pacific Computer Company
Développeur Richard Garriott
Concepteur Richard Garriott

Date de sortie 1980
Genre rôle
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme Apple II, DOS
Média  
Contrôle clavier

Akalabeth: World of Doom est un des tout premiers jeux de rôle sur ordinateur. Créé par Richard Garriott en 1980 pour l’Apple II, il s’agit d’un précurseur de la série Ultima.

Origine[modifier | modifier le code]

Akalabeth fut créé à l’été 1980 par Richard Garriott, alors adolescent, en langage BASIC pour l’Apple II tandis qu’il travaillait dans un magasin Computerland d’Austin, au Texas (certaines sources — Garriott inclus — affirment que le jeu fut créé en 1979, mais les premières éditions mentionnent cependant 1980 comme date de publication). Garriott distribua brièvement le jeu lui-même dans des sacs plastiques avant que California Pacific Computer Company n’acquiert les droits et ne le publie.

En créant Akalabeth, Garriott s’est principalement inspiré du jeu de rôle Donjons et Dragons et des œuvres de J. R. R. Tolkien. Le jeu essaye de reproduire une partie de jeu de rôle sur un ordinateur et le joueur se voit confier par un certain Lord British des quêtes en vue de tuer une suite de dix monstres de plus en plus difficiles à vaincre.

Le nom dérive du terme « Akallabêth » créé par Tolkien dans son Silmarillion (bien que Garriott l’ait à l’origine appelé « D&D28b », le 28e jeu inspiré par Donjons et Dragon qu’il ait programmé).

Présentation[modifier | modifier le code]

La majorité du jeu se déroule dans un souterrain tracé en perspective subjective en fil-de-fer, tandis qu’une carte du monde très dépouillée et un peu de texte complètent le reste de l’aventure.

Au vu des jeux actuels, Akalabeth semble un jeu simpliste et ses graphismes sont totalement dépassés, mais il reçut une certaine attention de la part des joueurs quand il fut publié. Les graphismes étaient plus qu’acceptables pour l’époque et Garriott vendit plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires d’Akalabeth, chaque copie lui rapportant 5$ alors qu’il étudiait toujours au lycée.

Comme Akalabeth était écrit en BASIC interprété, il était très simple pour un joueur d’en modifier le code pour satisfaire ses envies, changer les statistiques de son personnage, ses objets, etc.

Lien avec Ultima[modifier | modifier le code]

Bien que cela ne soit pas déclaré explicitement, Akalabeth est considéré comme le tout premier jeu de la série Ultima. Le jeu fut ainsi inclus dans la compilation Ultima Collection pour PC publiée en 1998 où il fut officiellement surnommé Ultima 0. Cette version possède des graphismes CGA 4 couleurs et une musique MIDI et fut le premier port officiel du jeu sur un autre système que l’Apple II (une version non-officielle faite par un fan circule cependant sur Internet depuis 1995).