Agaristinae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Agaristinae sont une sous-famille de lépidoptères de la famille des Noctuidae.

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Les Agaristinae sont un groupe pantropical[1]. Ses espèces sont notamment présentes en Europe, aux Amériques, en Afrique australe dont Madagascar, au Népal et en Inde, à Bornéo, à Sumatra, au Japon et en Australie[2].

Description[modifier | modifier le code]

Les papillons de cette sous-famille sont principalement de couleur vive et beaucoup d'entre eux sont diurnes[1].

La vesica du mâle, le ductus bursae de la femelle ainsi que l'organe spécial du tympan constituent les caractères autapomorphiques de cette sous-famille[2].

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Les chenilles de cette sous-famille se nourrissent principalement sur des plantes dicotylédones, mais aussi sur des monocotylédones. La famille des Vitaceae, bien que très représentée, n'est pas exclusive, et l'on cite également les familles Dilleniaceae, Lauraceae, Onagraceae, Haloragaceae, Portulacaceae, Nyctaginaceae, Cactaceae, Loranthaceae, Boraginaceae, Rubiaceae, Araceae, Smilacaceae et Dioscoreaceae[2].

Systématique[modifier | modifier le code]

Le taxon actuellement appelé Agaristinae a été décrit pour la première fois sous le nom d’Agaristides par l'entomologiste français Jean-Baptiste Alphonse Dechauffour de Boisduval en 1833, citant alors le genre type Agarista et l'espèce appelée à l'époque Agarista pales, aujourd'hui connue sous le nom de Rothia pales (Gray, 1832)[3]. Certains auteurs ne reconnaissent pas cette description et considèrent que la paternité de ce taxon revient à Herrich-Schäffer, qui le cite en 1858 sous le nom d’Agaristoidea[4]. Ils le nomment alors « Agaristinae Herrich-Schäffer, [1858] »[5].

Actuellement considérés comme une sous-famille de la famille des Noctuidae, les Agaristinae ont été traités par certains auteurs comme une famille distincte (Agaristidae) au sein des Noctuoidea[1].

Liste des genres[modifier | modifier le code]

La sous-famille des Agaristinae comporte plus de 550 espèces[6],[7]. La liste de ses genres fait l'objet de révisions régulières[8],[9],[10] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Becker, V. O. 2009. Clemira, a new genus of South American Agaristinae moths (Noctuidae). Tropical Lepidoptera Research, 19(2): 94-97. (pdf)
  2. a b c et d Rabenstein, R., Speidel, W. 1995. Notes on the life history of two Sarbanissa species (Lepidoptera: Noctuidae, Agaristinae) on the Malayan peninsula. Nachrichten des Entomologischen Vereins Apollo, 16(2/3): 213-228. (pdf)
  3. Boisduval 1833.
  4. (de) G. A. W. Herrich-Schäffer, Sammlung neuer oder wenig bekannter aussereuropäischer Schmetterlinge, Regensburg, G.J. Manz, 1850-[1869] (lire en ligne), p. 71.
  5. a b c d e f g h i j k l et m (en) J. Donald Lafontaine et B. Christian Schmidt, « Annotated check list of the Noctuoidea (Insecta, Lepidoptera) of North America north of Mexico », ZooKeys, Sofia, Pensoft Publishers (d), vol. 40,‎ , p. 1-239 (ISSN 1313-2989 et 1313-2970, DOI 10.3897/ZOOKEYS.40.414, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  6. Leley, A. S. 2016. Annotated catalogue of the insects of Russian Far East. Volume II. Lepidoptera. Vladivostok. 2: 1-812. (pdf (en russe))
  7. a et b Poletto, G., Benedetti, A. J., Barros, N. M., Vargas, L. R. B., Specht, A. 2009. Aucula magnifica (Schaus, 1904) (Lepidoptera: Noctuidae: Agaristinae): morphology of egg and last instar larvae. (pdf)
  8. a b et c Poole, R. W. 1989. Lepidopterorum catalogus (New Series), Fascicle 118: Noctuidae. E. J. Brill Publishers, Kinderhook, New York, 314 pages.
  9. Beccaloni, G., Scoble, M., Kitching, I., Simonsen, T., Robinson, G., Pitkin, B., Hine, A. & Lyal, C. (Editors). 2003. The Global Lepidoptera Names Index (LepIndex). World Wide Web electronic publication. https://www.nhm.ac.uk/our-science/data/lepindex/lepindex/ [accessed 6 Juin 2019]
  10. Funet. 2019. Lepidoptera and some other life forms. (Agaristinae)
  11. a b c d e f g h i et j Becker, V. O. 2010. Misplaced Neotropical Agaristinae (Lepidoptera, Noctuidae), with descriptions of new taxa. Zoologia, 27(4): 569–576. (pdf)
  12. Owada, M., Kishida, Y., Wang, M. 2006: A new species of the agaristine moth of Alloasteropetes (Lepidoptera, Noctuidae) from Guangdong. Tinea, 19(3): 165–168.
  13. a et b Vos, de, R., 2013. Three new Agaristinae species and the first record of Argyrolepidia palae from Papua, Indonesia (Lepidoptera: Noctuidae: Agaristinae). Suara Serangga Papua, 7(4): 114–123. (pdf)
  14. Blas, G. S., Navarro, F. 2010. Bergiantina, a new genus of agaristid moth (Lepidoptera: Noctuidae). Zootaxa, 2562: 24–44.
  15. a b c d e f g et h Buchsbaum, U. 2010. Mimeusemia morinakai Kishida, 1995 (Lepidoptera: Noctuidae, Agaristinae) on Lombok Island (Indonesia) with a checklist of the Agaristinae of Sumatra, Java, Bali and Lombok (Plate 58). Esperiana, 15: 387-392. (pdf)
  16. Kiriakoff, S. G. 1977. Lepidoptera Noctuiformes. Agaristidae II. Ethiopian and Madagascan species, 98: 1–165.
  17. Nye, I. W. B., Watson, A., Fletcher, D. S. 1980. The Generic names of moths of the world. British Museum (Natural History), Londres, 228 pages. (litre en ligne)
  18. Owada, M., Wang, M., Huang, G. H. 2003. Discovery of the genus Maikona Matsumura (Noctuidae, Agaristinae) from the Nanling Mountains, Guangdong. Tinea, 17(4): 193–199.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • J.-B. Boisduval, Faune Entomologique de Madagascar, Bourbon et Maurice : Lépidoptères, Paris, , 122 p. (lire en ligne), p. 70.