Affaire des mariages chinois à Tours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Affaire des mariages chinois à Tours est une affaire politico-financière. Elle s'est soldée le par la condamnation de la principale prévenue, Lise Han, à une peine d'un an prison ferme, additionnée de dédommagements financiers et d'interdiction de fonction administrative et de gestions, à titre d'escroquerie et détournement de fonds publics[1], de même que par le suicide de l'ancien maire de Tours, Jean Germain.

Les faits[modifier | modifier le code]

Jean Germain en 2004.

L'affaire trouve ses origines en 2007 : Jean Germain, maire PS de Tours, met en place avec Lise Han, gérante d'une société locale d'importation de produits chinois (et elle-même originaire de Taiwan), un projet touristique : il s'agit de proposer à des couples chinois un « mariage romantique à la Française » en Touraine, incluant une cérémonie symbolique, sans portée légale, à la mairie de Tours et des visites des châteaux de la Loire. Des centaines de couples chinois s'offrent ce service entre 2008 et 2011. Lise Han a été embauchée par la mairie de Tours pour gérer cette organisation. Elle est également gérante de la société Lotus Bleu, qui organise les pseudo-mariages, en contrat (sans appel d'offre) avec la mairie. Cette double casquette constitue une situation illégale[2].

Le suicide de Jean Germain[modifier | modifier le code]

Le procès ouvre le 7 avril 2015, mais Jean Germain est introuvable. Il se suicide dans la matinée[3],[4]. Il laisse des lettres d'adieux expliquant qu'il n'a pas supporté l'accusation qui pesait sur lui. Le procès est ajourné.

Le verdict[modifier | modifier le code]

Lise Han écope de deux ans et demi de prison dont un an ferme, une peine supérieure à la réquisition du procureur[2]. Son mari est condamné à 5 000 euros d'amende, et deux autres prévenus à des peines avec sursis.

En appel le 21 février 2018, Lise Han est condamnée à quatre ans de prison dont un avec sursis. Le pourvoi en cassation de l'intéressée n'étant pas suspensif, celle-ci est arrêtée à Vence et écrouée à la prison de Nice le 19 septembre 2018[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Affaire des « mariages chinois » de Tours : un an de prison ferme pour la principale accusée », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 24 août 2016)
  2. a et b « Mariages chinois : un an de prison ferme pour la maîtresse de l'ancien maire de Tours », sur liberation.fr (consulté le 24 août 2016).
  3. « “Mariages chinois” : l'ex-maire de Tours disparaît au premier jour du procès », lemonde.fr, 7 avril 2015
  4. « Procès des "Mariages chinois" de Tours : Jean Germain s'est suicidé », La Nouvelle République du Centre-Ouest, (consulté le 7 avril 2015).
  5. "Lise Han, l’ancienne maîtresse de Jean Germain, arrêtée près de Nice et écrouée", Magcentre, 20 septembre 2018.