Achigachia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Achigachia
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Extrême-Nord
Département Mayo-Tsanaga
Démographie
Population 9 192 hab. (2005[1])
Géographie
Coordonnées 11° 08′ 08″ nord, 13° 52′ 56″ est
Altitude 508 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Achigachia

Géolocalisation sur la carte : Extrême-Nord

Voir sur la carte administrative d'Extrême-Nord (Cameroun)
City locator 14.svg
Achigachia

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Achigachia

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Achigachia

Achigachia (ou Ashigashyia, Assigachiga, Assigassia, Assighassia, Ishigashiya) est une localité du Cameroun située dans la commune de Mozogo, le département du Mayo-Tsanaga et la région de l'Extrême-Nord. Dans les monts Mandara, à la frontière avec le Nigeria, elle est coupée en deux par un cours d'eau, séparant Achigachia-Cameroun d'un côté, Achigachia-Nigeria de l'autre[2].

Population[modifier | modifier le code]

En 1966-1967, la localité comptait 2 440 habitants, principalement Mandara, Mafa, Gelebda, Arabes Choa, Foulbé, Gamergu[3]. Lors du recensement de 2005, 9 192 personnes y ont été dénombrées[1].

On y parle notamment l'ashigashiya[4], un dialecte du glavda, une langue biu-mandara.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

La localité dispose d'un collège public d'enseignement général (CES[5]).

Histoire contemporaine[modifier | modifier le code]

La localisation frontalière d'Achigachia l'a exposée à plusieurs reprises aux exactions de Boko Haram, notamment le 28 mai 2014[6] et le 28 décembre 2014[7]. La petite ville est considérée par certains observateurs comme « une véritable base logistique de transit, un couloir d’infiltration des kamikazes et une rampe de lancement de plusieurs attaques et de pose de mines sur le territoire camerounais »[8]. Elle abrite une base militaire camerounaise qui, avec l'aide des troupes de la force multinationale mixte, lutte contre les incursions terroristes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bureau central des recensements et des études de population, Répertoire actualisé des villages du Cameroun : Troisième recensement général de la population et de l'habitat du Cameroun, vol. 4, t. 7, , 435 p. (lire en ligne [PDF]), p. 213
  2. « Le Cameroun bombarde des combattants de Boko Haram », Agence Afrique, 29 décembre 2014 [1]
  3. Dictionnaire des villages du Margui-Wandala, ORSTOM, Yaoundé, juin 1972, p. 3 [2]
  4. (en) Cameron D. Hamm, A Sociolinguistic Survey of the Glavda, Cineni and Vemgo-Mabas Languages of Cameroon and Nigeria, 2004, p. 8, téléchargeable
  5. CES d'Assighassia, Schoolmap Cameroon [3]
  6. « L'armée repousse Boko Haram à Achigachia et à Amchidé »,Cameroon-Info.Net, 30 mai 2014 [4]
  7. « Boko Haram a attaqué des villages, une base militaire-armée », Reuters, 28 décembre 2014 [5]
  8. « Boko Haram mis en déroute à Ashigashia », Afrique News Info, 26 janvier 2016 [6]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Mozogo, sur le site Communes et villes unies du Cameroun (CVUC)