Accords de Nassau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le domaine militaire
Cet article est une ébauche concernant le domaine militaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Missile Polaris de la Royal Navy exposé au Imperial War Museum.
Un AGM-48 Skybolt dans un musée aux couleurs de la RAF.

Les accords de Nassau, signés le à Nassau aux Bahamas, entre les États-Unis représentés par John F. Kennedy et le Royaume-Uni représenté par Harold Macmillan, portent sur la fourniture de missiles Polaris au Royaume-Uni.

À la suite d'une conférence qui a débuté le 17 décembre, il est convenu qu'en échange de l’abandon des missiles balistiques air-sol Skybolt, les États-Unis livreront à la Grande-Bretagne des missiles Polaris utilisables par des sous-marins. Les Britanniques acceptent d'utiliser leur force nucléaire en accord avec les Américains et renoncent de ce fait à une force de dissuasion autonome.

Une partie de la flotte du Royal Air Force Bomber Command est placée à la disposition du commandant suprême des forces alliées en Europe[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Vernant, « La logique de Nassau », Politique étrangère, vol. 27, no 6,‎ , p. 507-515 (lire en ligne)