Abeille coucou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Abeille coucou
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
L'appellation « Abeille coucou » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après

Taxons concernés

Quelques exemples d'abeilles cleptoparasites :

Les abeilles coucous (parfois écrit abeilles-coucous) sont des insectes solitaires, dont les mœurs évoquent celles des coucous, oiseaux parasitant les couvées d’autres espèces. Ainsi on les qualifie également d’abeilles cleptoparasites.

Caractéristiques communes[modifier | modifier le code]

Les abeilles coucous appartiennent à différentes familles, mais ont des mœurs assez similaires. Les femelles fécondées vont pondre dans les nids aménagés et garnis par des femelles d’autres espèces. Ainsi la larve du parasite se développe aux dépens de la progéniture de la travailleuse. Ce type de parasitisme semble avoir émergé plusieurs fois et être apparu il y a 85 millions d'années[1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Classification[modifier | modifier le code]

Les abeilles coucous appartiennent toutes à la super-famille des Apoidea.

Les plus connues sont les Coelioxys[2], mais d'autres groupes ont le même mode de reproduction : dans la famille des Apidae, les abeilles solitaires de la sous-famille des Nomadinae, et notamment celles du genre Nomada parasitent les abeilles des familles Andrenidae et Halictidae ou celles du genre Osmia. Toujours dans les Apidés, les abeilles coucous des genres Melecta ou Thyreus font partie de la sous-famille des Apinae et parasitent d'autres abeilles solitaires classées parmi les Anthophorini. Les abeilles coucous du genre Sphecodes qui font partie des Halictidae parasitent des membres de leur propre famille. Dans la famille des Megachilidae ce sont les membres des genres Dioxys, Perizia, Stelis et bien sûr les Coelioxys qui parasitent d'autres abeilles solitaires, des Anthophora classés dans les Apidés, mais aussi d'autres Mégachilidés du genre Megachile[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Danforth BN, Cardinal S, Praz C, et coll, « The impact of molecular data on our understanding of bee phylogeny and evolution », Annual Review of Entomology, vol. 58,‎ , p. 57-78 (DOI 10.1146/annurev-ento-120811-153633)
  2. Nom vernaculaire en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  3. Les Abeilles parasites ou "Abeilles-coucous" sur le site Les insectes, consulté le 1er mars 2014