A.E.I.O.U.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Enluminure d'un livre de Frédéric III, 1446.
Inscription au château de Graz à Graz, 1453.

A.E.I.O.U. ou AEIOU est le monogramme de la devise utilisée par les empereurs de la maison de Habsbourg. Cette devise a la particularité de comprendre toutes les voyelles dans l'ordre alphabétique.

Origine[modifier | modifier le code]

L'empereur Frédéric III (1415 – 1493), qui était amateur de formules ésotériques, est à l'origine de cette devise[1]. Il avait l'habitude de signer de ce monogramme[2] sa vaisselle de table, ses armoiries et des châteaux tels que le château de Wiener Neustadt et le château de Linz.

Interprétations[modifier | modifier le code]

Frédéric III n'a pas donné la signification de ce monogramme, mais peu de temps avant sa mort, il aurait affirmé qu'il signifie Alles Erdreich ist Oesterreich untertan (MKL 1890)[3] ou « Toute la terre est sujette à l'Autriche ». Cependant, d'autres interprétations ont été avancées. La plupart donnent une signification à portée politique, à partir de phrases latines :

  • Austria est imperio optime unita (« L'Autriche est l'empire le mieux uni »).
  • Austria erit in orbe ultima (« L'Autriche sera l'ultime nation du monde ») {MKL 1890}[3].
  • Austriae est imperare orbi universo (« La destinée de l'Autriche est de diriger le monde entier ») {MKL 1890}[3].

En 1951, Eugen Rosenstock-Huessy a suggéré l'interprétation :

  • Austria Europae Imago, Onus, Unio (« L'Autriche est l'image de l'Europe, fardeau et unification »).

Et en anglais, devenu une langue internationale, il a été proposé :

  • Austria’s empire is our universe (« L’empire d’Autriche est notre univers »)[4].

AEIOU peut avoir représenté une translittération en latin ou allemand du tétragramme[réf. nécessaire] : Yahweh, le nom ineffable de Dieu — faisant allusion au droit divin de la maison de Habsbourg à régner sur les pays venant de l'héritage Habsbourg (aujourd'hui Autriche, Tchéquie, Slovénie, Bosnie-Herzégovine ; Hongrie, Slovaquie, Croatie ; Espagne, Portugal et leurs anciennes colonies), le Saint-Empire romain germanique (Allemagne), et peut-être la Terre entière.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Encyclopédie Larousse en ligne - Autriche : histoire », sur www.larousse.fr (consulté le 26 septembre 2020).
  2. (en) E. Cobham Brewer, The Dictionary of Phrase and Fable, Edwinstowe, England, Avenel Books, (ISBN 978-0-517-25921-4, LCCN 78056842), p. 1.
  3. a b et c « A », Meyers Konversations-Lexikon, (divers auteurs), Volume 1, page 1, 1885-1890 : à « A.E.I.O.U. » sur la première page de l'encyclopédie en 16 volumes, figurent trois phrases en latin  : « Austriae est imperare orbi universo » et « Austriae est imperium orbis universi » avec les traductions en allemand notées « alles Erdreich ist Oesterreich unterthan » attribuées à « Frédéric III. », plus une troisième phrase en latin « Austria erit in orbe ultima » avec la version allemande « Österreich wird bestehen bis ans Ende der Welt ».
  4. Timothy Snyder (trad. de l'anglais par Olivier Salvatori), Le Prince rouge : Les vies secrètes d'un archiduc de Habsbourg [« The Red Prince:The Secret Lives of A Habsburg Archduke »], Paris, Gallimard, coll. « La Suite des temps », , 384 p. (ISBN 978-2-07-013972-9), page 24 : « dans le langage universel de notre temps, Austria’s empire is our universe (« l’empire d’Autriche est notre univers ») ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]