300e anniversaire des Romanov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le 300e anniversaire des Romanov ou les festivités des Romanov en 1913 (en russe: Трёхсотле́тие до́ма Рома́новых), sont les célébrations publiques et privées de l'anniversaire de la maison impériale russe de la Maison Romanov , à partir du 21 février 1913 ( dans le calendrier grégorien), dans l'Empire russe.

En vertu d'un « Manifeste impérial» du tsar Nicolas II (publié le ), elles ont eu lieu à la date anniversaire de l'élection du premier représentant de la dynastie par le Zemski sobor , réunion des représentants des différentes états russes pour élire un nouveau roi au trône. Réunie depuis le à la Cathédrale de la Dormition de Moscou, le 21 février 1613 ( dans le calendrier grégorien) c'est Mikhaïl Romanov qui est élu et devient le premier monarque de la dynastie des Romanov , « le plus proche de Riourik et de Vladimir Sviatoslavitch »[1] Il est couronné le .

Le manifeste impérial, signé le , proclame la volonté de « commémorer comme il convient le jour solennel et de perpétuer sa mémoire au sein du peuple » grâce à la générosité de l'empereur. Le manifeste prévoit un vaste programme d'actions charitables, de dons aux pauvres, d'amnistie de certains condamnés, d'effacement des dettes de petits artisans, de propriétaires fonciers et d'autres encore[2],[3],[4].


Toutes les villes de Russie contribuent à l'organisation des fêtes. Dans les églises sont rendus des services religieux en hommage aux Romanov. Les garnisons locales forment des parades militaires. Des bals sont organisés, des réceptions avec les gouverneurs et les maires. Des expositions historiques sont présentées à la population[5]. Les vitrines de nombreux magasins et les maisons sont décorées du portrait du tsar Mikhaïl Romanov et de l'empereur Nicolas II. Débutées en février, les festivités se poursuivent jusqu'à l'automne 1913. La clôture se déroule à Moscou. Cette année 1913 est proclamée « l'année du sommet de la prospérité de l'empire russe et celle du grand jubilé »[6].

C'est encore durant ce tricentenaire qu'est organisée à Moscou la première exposition d'icônes anciennes à l'initiative et aux frais du collectionneur Stepan Riabouchinski. L'article du compte rendu de Pavel Mouratov sur l'exposition dans la revue Les Anciennes Années était très élogieux. La Russie, écrit-il, est en possession d'un héritage exceptionnel qu'elle ignorait encore et que l'Occident va découvrir[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ru)Высочайший манифест. // «Правительственный вестник». 21 февраля (6 марта), № 43, стр. 1
  2. (ru)Именной высочайший указ правительствующему сенату. // «Правительственный вестник», 21 февраля (6 марта), № 43, стр. 1—3.
  3. (ru) Ionina N. A. /Ионина Н, А : 300-летие дома Романовых // 100 великих наград. — М.: Вече, 2003. — (ISBN 5-9533-0557-5)
  4. « Fêtes du 300e anniversaire des Romanov /Празднование 300-летия царствования дома Романовых. » [archive du ], sur За царя, Новороссия,‎ (consulté le 27 septembre 2010)
  5. (ru)http://www.aleksandrov.ru/mr_infosmi/51/40/6/564/
  6. (ru)Roubankov К. S., « Празднование 300-летия дома Романовых (1913 г.) в воспоминаниях членов династии и их приближённых » (материалы конференции), 1, Кострома, КГУ им. Н. А. Некрасова,‎ (lire en ligne) V
  7. Olga Medvedkova, Les icônes en Russie, collection « Découvertes Gallimard / Arts » (no 557), éditions Gallimard 2010 (ISBN 978 2 07 043652 1) p. 20