Ólafur Arnalds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ólafur Arnalds.

Ólafur Arnalds est un musicien et producteur islandais, né le à Mosfellsbær. Multi-instrumentiste, il a acquis en quelques années une renommée aussi importante que Björk ou Sigur Rós dans son pays[1]. Il joue de la guitare, de la batterie et a également collaboré en tant que batteur aux groupes de heavy metal Fighting Shit et Celestine et a contribué au banjo, à la guitare et au piano au projet My Summer as a Salvation Soldier.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 2004, Ólafur Arnalds compose et enregistre trois morceaux (l'introduction et deux finales) pour l'album Antigone du groupe de heavy metal Heaven Shall Burn.

Le 12 octobre 2007, il sort son premier album solo Eulogy for Evolution, suivi rapidement par l'EP Variations of Static en 2008. Par ailleurs, il part cette même année en tournée avec le groupe Sigur Rós.

Durant un de ses concerts au Barbican Hall de Londres, il affiche pour la première fois complet[1].

En avril 2009, il compose un titre par jour durant une semaine, chaque titre étant immédiatement disponible pendant 24 heures sur le site foundsongs.erasedtapes.com.

L'album EP ainsi créé prit le nom de Found Songs.

Il sort en son nouvel album intitulé ...And They Have Escaped The Weight Of Darkness[2].

Il a composé la bande originale du film Jitters sorti en 2010 et en 2012 en France, ainsi que celle de la série anglaise Broadchurch, créée en 2013. Sur cette création, il dit que son univers musical et celui de Broadchurch sont connectés, partageant « un même sens fort de la mélancolie, mais toujours doublé d’une notion d’espoir et de bonté de l’humanité. Une certitude qu’à la fin, malgré tout, tout ira mieux »[3].

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Ólafur Arnalds: Beautiful the Same way the Arctic is », Headphone Commute
  2. (en) Ólafur Arnalds, « Ólafur Arnalds' Facebook page » (consulté le 31 janvier 2010)
  3. Télérama, « Le chant de "Broadchurch" »

Liens externes[modifier | modifier le code]