Éthylone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Éthylone
Image illustrative de l’article Éthylone
Identification
Nom UICPA (RS)-1-(1,3-benzodioxol-5-yl)-2-(éthylamino)propan-1-one
Synonymes

βk-MDEA, MDEC

No CAS 1112937-64-0
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C12H15NO3  [Isomères]
Masse molaire[1] 221,2524 ± 0,0118 g/mol
C 65,14 %, H 6,83 %, N 6,33 %, O 21,69 %,
Caractère psychotrope
Catégorie Stimulant entactogène
Mode de consommation

oral, autres

Risque de dépendance Moyen à élevé
Composés apparentés
Autres composés

MDEA


Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'éthylone (MDEC, βk-MDEA) est un psychostimulant entactogène ou empathogène, généralement considéré comme un nouveau produit de synthèse (NPS).

Chimie[modifier | modifier le code]

Chimiquement, c'est un dérivé N-éthylé de la cathinone. On parle parfois de bêta-céto-amphétamine, pour préciser qu'elle possède la structure générale d'une amphétamine, avec une fonction cétone sur le carbone en bêta par rapport à l'atome d'azote.

Elle correspond à la version bêta-cétonique de la MDEA, c'est pourquoi on l'appelle parfois βk-MDEA.

Pharmacologie[modifier | modifier le code]

L'éthylone comme la méthylone et la MDEA provoque vraisemblablement une libération de sérotonine, de noradrénaline et de dopamine dans le cerveau humain, expliquant ainsi ses effets psychotropes.

Effets et conséquences[modifier | modifier le code]

L'éthylone n'étant pas un produit très répandu, peu de recherches ont été effectuées. On ne connaît quasiment pas sa toxicité et sa pharmacologie.

Effets recherchés[modifier | modifier le code]

  • désinhibition;
  • coupe-faim (anorexigène);
  • sensations de bien-être, d'euphorie;
  • sensation d'empathie d'où sa qualification d'empathogène ou d'entactogène ;
  • exacerbation des sens (notamment tactile et sensibilité à la musique);

Il arrive que l'expérience soit désagréable, on parle alors de bad trip.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.

Articles connexes[modifier | modifier le code]