Éthiopiques (musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Éthiopiques est une série totale d'une trentaine de disques compacts dédiés aux chanteurs et musiciens de musique éthiopienne et érythréenne des années 1960 aux années 2000. Ils sont édités par le label français de Buda Musique et regroupent l'essentiel des disques de l'Éthio-jazz des années 1970 avec des artistes majeurs comme Mahmoud Ahmed ou Mulatu Astatke.

Historique[modifier | modifier le code]

Francis Falceto et le label Buda Musique décident en 1996 d'acquérir les droits et de rééditer les enregistrements des majors éthiopiennes Amha Records, Kaifa Records, et Philips-Ethiopia publiés dans les années 1960 et 70 en Éthiopie[1]. Parmi les artistes d'Éthiopiques peuvent être cités : Alèmayèhu Eshèté, Asnatqètch Wèrqu, Mahmoud Ahmed, Mulatu Astatke, et Tlahoun Gèssèssè. Certains disques concernent cependant des enregistrements actuels. C'est grâce au succès international de la collection créée par Francis Falceto que la musique éthiopienne, et particulièrement l'éthio-jazz, connaissent une importante reconnaissance et que tous ces artistes oubliés depuis la fin des années 1970 réussissent à donner de nouveaux concerts dans le monde[2]. Cependant l'acquisition de l'intégralité des droits d'auteurs par Buda Musique – ou l'exploitation de leurs licences renouvelable tous les cinq ans selon Francis Falceto[1] – a entrainé des tensions entre ce dernier et certains des artistes majeurs, dont Mulatu Astatke et Getatchew Mekurya, même si ces derniers reconnaissent le rôle crucial de Falceto dans la diffusion de leur musique[3].

Cette collection a pris un second souffle en 2004 avec le film de Jim Jarmusch[4],[1], Broken Flowers, qui utilise de nombreux titres de Mulatu Astatke d'Éthiopiques Volume 4. Éthiopiques a connu un fort succès de ventes pour ce type de musique du monde aux États-Unis, notamment en raison du fort soutien de John Schaefer dans son émission de radio quotidienne New Sounds de WNYC[5],[6],[7].

Le concept a ensuite été décliné avec une deuxième collection dédiée à la musique de Zanzibar et intitulée Zanzibara (neuf volumes à ce jour) ainsi que pour les créations contemporaines d'éthio-jazz publiées dans la collection éthiosonic.

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Sarah Tisseyre, « Les 20 ans des "Ethiopiques" avec le producteur Francis Falceto », RFI, 13 avril 2018.
  2. (en) Jon Pareles, « Mahmoud Ahmed Kicks Off Summer Concert Series », The New York Times, 27 juillet 2014.
  3. (en) « The king of sax shining on the world stage », Ethiopian Reporter, 28 janvier 2012.
  4. « Ça plane pour le Tigre des Platanes », RFI Musique le 20 décembre 2007.
  5. (en) Ethiopiques émission New Sounds no 2342 du 9 novembre 2004 sur WNYC.
  6. (en) Music from East Africa émission New Sounds no 2533 du 10 avril 2006 sur WNYC.
  7. (en) Ethiopiques, Old and New émission New Sounds no 2815 du 18 juin 2008 sur WNYC.

Liens externes[modifier | modifier le code]