Émile Guyénot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Émile Guyénot
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
GenèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Désiré Guyénot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Académie internationale d’histoire des sciences (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Émile Guyénot, né à Lons-le-Saunier le et décédé à Genève le , est un biologiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du magistrat Désiré Guyénot[1], Émile Guyénot est nommé professeur à l'Université de Genève en 1918, où il enseigne la zoologie et l’anatomie comparée. Il devient par la suite vice-directeur de la station de biologie marine de Wimereux (Pas-de-Calais) dès 1921, puis fonde en 1922 une station de Zoologie expérimentale au chemin Sauter où ses étudiants travaillent sur l’hybridisme.

Il a été élu membre de l'Académie des sciences.

Émile Guyénot sera très efficacement secondé depuis 1922 par la chercheuse Kitty Ponse (1897-1982), qui lui succédera comme professeur à l'Université de Genève et deviendra en 1961 la première lauréate du prix Otto-Naegeli pour l'ensemble de son œuvre scientifique dans le domaine de l'endocrinologie.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La variation et l’évolution, Paris, Doin, 1930, 2 vol. (bibliothèque de Biologie générale, dirigée par Maurice Caullery).
  • L’Hérédité, Paris, Doin et Cie, 1931.
  • Les sciences de la vie aux XVIIe et XVIIIe siècles; l'idée d'évolution, Paris, Albin Michel, 1941. Coll. « L'évolution de l'Humanité ».
  • L’Origine des espèces, Paris, PUF, 1944.
  • Les Problèmes de la vie, Genève, Les Éditions du Cheval ailé, C. Bourquin, 1946.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]