Tura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Article partiellement traduit de l'anglais : Tura, Hungary.

Tura
Le château Schossberger à Tura.
Le château Schossberger à Tura.
Blason de Tura
(Voir carte Hongrie administrative)
Tura
(Voir carte Hongrie topographique)
Tura
Administration
Pays Drapeau de la Hongrie Hongrie
Comitat
(megye)
Drapeau du Comitat de Pest Pest
(Hongrie centrale)
District
(járás)
Aszód
Rang Ville
Bourgmestre
(polgármester)
Szendrei Ferenc (Indépendant)
(2010-2014)
Code postal 2194
Indicatif téléphonique (+36) 28
Démographie
Population 7 834 hab. (1er janv. 2011)
Densité 140 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 37′ N 19° 36′ E / 47.61, 19.647° 37′ Nord 19° 36′ Est / 47.61, 19.6  
Superficie 5 592 ha = 55,92 km2
Divers
Collectivités des minorités Tsiganes, Arméniens (1er janv. 2011)
Identités ethniques
(nemzetiségi kötődés)
Hongrois 94,3 %, Tsiganes 7,4 %, Allemands 0,2 % (2001)
Religions catholiques 84,3 %, grecs-catholiques 0,4 %, réformés 2,3 %, évangéliques 1,2 %, autres confessions 0,2 %, sans religion 2,3 % (2001)
Liens
Site web www.tura.hu
Sources
Office central de statistiques (KSH)
Élections municipales 2010

Tura est une ville et une commune du comitat de Pest en Hongrie, elle est notamment connue pour son château.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Tura se situe entre la grande plaine hongroise et les monts Mátra, dans la vallée de Galga.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tura est mentionnée pour la première sous le nom de Thwra dans une charte datant de 1220. À cette époque, la famille Ákos est propriétaire de la ville. En 1425, l'un des descendants de la famille, Miklós Ördög Prodavizi, échange Tura au roi Sigismond.

Une charte de 1523 indique que la ville lève déjà ses propres impôts. En 1544, après la prise de Buda par les Ottomans trois ans plus tôt, Tura passe sous domination musulmane. La ville n'a cependant jamais été abandonnée et l'église a d'ailleurs survécu à l'occupation ottomane. Malgré plusieurs révoltes, dont la plus notoire fut celle certainement celle de 1594 menée par Simon Forgách, Tura restera sous domination musulmane pendent plus d'un siècle. En 1633, la ville est divisée en deux terrains imposables. À la fin de la domination ottomane, il y avait seulement 61 familles à Tura.

Au XVIIIe siècle, la population Tura commence à croître grâce au développement de l'agriculture. Le commerce s'épanouit et les habitants de Tura vont vendre leur marchandises à Buda, Pest, Miskolc, Hatvan, Vác ou Gyöngyös. En 1740, Tura, qui appartient alors à Antoine Nagy Hevizi, devient une ville-franche. À cette époque il y avait 59 maisons imposable.

Le 20 juillet 1849 une des plus grandes batailles de la révolution hongroise de 1848 a eu lieu à Tura, entre les troupes révolutionnaires hongroises de Mór Perczel et l'armée russe d'Alexandre Petrovitch Tolstoïvenue porter secours aux Autrichiens. Jusqu'en 1873, Tura était détenue par la famille Esterházy, mais elle est vendue au baron Sigismond Schossberger. En 1910, il y avait 900 maisons et 4759 habitants.

Économie[modifier | modifier le code]

Tura a eu un rôle prépondérant dans l'agriculture, et notamment dans l'élevage et la culture des fruits. Les fermes collectives de la ville qui ont commencé en 1949 s'avérèrent bénéfiques sous la période communiste. Ce n'est que beaucoup plus tard que l'industrialisation emboîte le pas. Il y a eu jusqu'à 200 employés. Dans les années 1990, les fermes collectives ont commencé à être privatisées et les nouveaux propriétaires les louent. Les principales industries sont liées à la culture de légumes et de fleurs.

Monuments[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

Chaque été, la ville accueille un festival de rock.

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Tura dans l'art populaire[modifier | modifier le code]

Tura est célèbre pour ses chansons folkloriques. Le compositeur Béla Bartók a recueilli plus de 150 chansons folkloriques à Tura en 1906. Son nom est sur le mur du centre communautaire de Tura. Les vêtements fantaisistes de la ville ont également inspiré beaucoup de stylistes.

Jumelages[modifier | modifier le code]