Teredinidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Taret)
Aller à : navigation, rechercher

Les tarets sont des mollusques bivalves (= lamellibranches) à corps très allongé, vermiforme, qui s’attaquent aux bois immergés dans l’eau de mer ou l’eau saumâtre. Leur apparence très particulière fait que leur appartenance aux mollusques n’est pas évidente, et les marins les désignent généralement sous le nom de « vers », appellation que l'on retrouve en anglais (shipworm) et en allemand (schiffsbohrwurm) notamment. Notons par exemple cette définition : « ver(s) des mers chaudes qui attaque(nt) le bois des coques »[1].

Morphologie[modifier | modifier le code]

Perforations et galeries creusées dans le bois par Teredo navalis
Disposition d'un taret dans une pièce de bois

Le corps, très allongé, atteint une longueur de plusieurs décimètres (60 cm, pour un diamètre de 1 cm environ, pour l’espèce Teredo navalis[2]. Il est logé dans une galerie cylindrique, creusée dans le bois et doublée, hormis à son extrémité antérieure, d’une paroi calcifiée sécrétée par le manteau de l’animal. Ce tube calcifié s’ouvre sur l’eau environnante au point où la larve s’est initialement fixée, par un orifice, généralement très discret, qui permet la sortie de deux siphons, l’un, ventral, inhalant, et l’autre, dorsal, exhalant. Ces deux siphons sont rétractiles et l’orifice du tube peut être obturé par deux plaques spéciales appelées « palettes », dont la forme, caractéristique de chaque espèce, est très utile pour leur identification.

La coquille, petite, est équivalve (deux valves de mêmes dimensions), plus haute que longue. Sa hauteur est légèrement inférieure au diamètre de la galerie, soit généralement inférieure à 1 cm. Elle est située à l’avant du corps mais, à cause de ses faibles dimensions, elle n’a plus de fonction protectrice : celle-ci revient au bois de la galerie et à son revêtement calcifié. Chaque valve présente extérieurement trois lobes, antérieur, médian et postérieur (aussi appelés « auricules »)[3]. La surface du lobe antérieur et de la moitié antérieure du lobe médian est garnie de crêtes parallèles pourvues de fins denticules. Le lobe postérieur sert d’insertion à un puissant muscle adducteur postérieur auquel correspond un faible muscle adducteur antérieur, antagoniste, situé en avant du crochet. Les deux valves peuvent pivoter autour d’un axe dorso-ventral déterminé par deux paires de condyles opposés. Du côté dorsal la face interne des valves porte, au-dessous de la charnière, une longue apophyse qui sert d’insertion aux muscles du pied. Celui-ci, en forme de ventouse, fait saillie à l’avant de la coquille, largement baillante, et s’applique contre le fond de la galerie.

Particularités anatomiques[modifier | modifier le code]

Disposition des principaux organes d'un taret.GDA, partie antérieure de la glande digestive ; GDV, parties ventrales de la glande digestive, leurs orifices sont figurés dans l'estomac ; Orifices uri. et gen., orifices urinaires(rénaux) et génitaux ; le ventricule gauche est sectionné près de sa base, les ganglions nerveux sont figurés en bleu. La distance entre les palettes et le pied représente plusieurs dizaines de fois le diamètre de l'animal

L’anatomie des tarets révèle les organes typiques d’un mollusque bivalve, mais dotés de particularités dimensionnelles ou positionnelles en relation avec l’étroitesse et la longueur de l’espace occupé. D’autre part, certaines structures n’ont leur équivalent dans aucun autre groupe de bivalves.

  1. Les branchies sont divisées en deux parties, l’antérieure de petite taille, la postérieure très développée. Elles sont reliées par le sillon alimentaire qui court sur le côté de la masse viscérale.
  2. L’ensemble cœur-reins subit un basculement qui amène les reins en position dorsale par rapport au cœur dont les oreillettes passent derrière le ventricule. Par ailleurs l’aorte antérieure et l’aorte postérieure deviennent respectivement postérieure et antérieure.
  3. L’anus s’ouvre à l’extrémité d’un long tube anal.
  4. La glande digestive est divisée en plusieurs parties possédant des orifices séparés dans l’estomac.
  5. À l’estomac est annexé un vaste cæcum.
  6. Le tube digestif comporte une annexe très particulière, les glandes de Deshayes, homologues probables de glandes salivaires[4], qui débouchent dans l’œsophage et s’étendent jusqu’à la face dorsale de la partie postérieure des branchies.
  7. L’orifice de la galerie est muni des palettes munies d’une musculature propre.
  8. Les muscles rétracteurs des siphons s’insèrent sur le revêtement calcaire de la galerie et non sur les valves de la coquille qui en sont très éloignées.
  9. Les muscles adducteurs antérieurs et postérieurs ont une action antagoniste.

Normalement le corps du taret occupe toute la longueur de la galerie mais la région antérieure peut se rétracter légèrement par rapport à l’extrémité de cette dernière. Si on ne tient pas compte des branchies, les viscères ne représentent que le quart environ de la longueur totale et seule leur partie antérieure est partiellement recouverte par la coquille[5],[6].

Creusement de la galerie[modifier | modifier le code]

La coquille qui a perdu sa fonction de protection du corps est devenue l’organe de creusement mécanique de la galerie : les tarets sont des organismes térébrants. L’action de succion du pied, la contraction de ses muscles rétracteurs ainsi que le gonflement de la région antérieure du corps appliquent la coquille contre le bois. La contraction alternée des deux muscles adducteurs, l’antérieur et le postérieur, provoque le basculement des valves autour de l’axe dorso-ventral constitué par les condyles, ceci provoque le frottement contre le bois des denticules de la coquille qui agit comme une véritable râpe. La partie antérieure du corps de l’animal est par ailleurs susceptible de tourner sur elle-même, vers la gauche et vers la droite ce qui permet de donner une section parfaitement circulaire à la galerie. Le creusement de la galerie s’accompagnerait de la fermeture de l’orifice postérieur grâce aux palettes[4].

Sexualité et reproduction[modifier | modifier le code]

La glande génitale, potentiellement hermaphrodite, fonctionne d’abord comme mâle (hermaphrodisme protandrique) chez plusieurs espèces comme Nototeredo norvagica, Teredo navalis, Bankia setacea, Lyrodus pedicellatus [6]. Un hermaphrodisme fonctionnel peut s’observer temporairement chez les trois dernières espèces, il est suivi de la phase femelle. Mâles et femelles peuvent émettre leurs gamètes dans l’eau de mer ambiante où se produit alors la fécondation (Bankia setacea, Bankia indica, Nototeredo norvagica). Dans d’autres espèces, seuls les spermatozoïdes sont expulsés dans le siphon inhalant des femelles et parviennent ainsi dans la cavité épibranchiale où se produit la fécondation. Cette dernière modalité est de rigueur chez les espèces qui incubent plus ou moins longuement leurs œufs à la surface des branchies (Teredo norvegica, Lyrodus pedicellatus). L’introduction du siphon exhalant d’un mâle dans le siphon inhalant d’un autre individu femelle, ce qui permettrait l’introduction massive des spermatozoïdes dans sa cavité branchiale, a été observé chez Bankia gouldi [6] Le nombre des œufs pondus est généralement extrêmement élevé : on cite le chiffre de 100 millions chez Psiloteredo megotara. Les larves (véligères) vivent librement dans le plancton pendant environ 2 à 4 semaines (20 jours chez Teredo navalis, durée toujours variable en fonction de la température, et de la nourriture disponible). Chez Lyrodus pedicellatus les larves sont émises à l’état de pédivéligères, elles sont aptes à se fixer sur le bois en 36 heures, voire de manière pratiquement immédiate[6].

Nutrition[modifier | modifier le code]

La nutrition des tarets est une question complexe et dont les différents aspects sont sujets à controverse. Ces Mollusques disposent de deux sources de nourriture principales :

  1. Le plancton et les particules organiques en suspension dans l’eau.
  2. Le bois provenant du forage du tunnel. Ce sont d’authentiques xylophages (mangeurs de bois)

Les premiers éléments, aspirés par le courant inhalant, sont capturés par les branchies et conduits vers les palpes labiaux puis la bouche par un sillon alimentaire cilié. Leur digestion, intracellulaire, se réalise dans les tubes « ordinaires », c'est-à-dire semblables à ceux des autres Bivalves, de la glande digestive. Le bois est réduit à l’état de fragments. Les plus grossiers d’entre eux sont conduits par des gouttières ciliées de la face ventrale du manteau jusqu’à la cavité infra branchiale et expulsés par le siphon inhalant (pseudofèces) grâce à des contractions de la cavité palléale. Les particules les plus fines sont dirigées vers la bouche. Elles seraient d’abord attaquées, dans l’estomac et le caecum, par les enzymes (cellulases) secrétées par les bactéries symbiotiques logées dans les cellules de la glande de Deshayes. Elles gagneraient ensuite les tubes spéciaux des glandes digestives où leur dégradation en sucres se termine à l’intérieur de cellules particulières. Ces sucres sont mis en réserve sous forme de glycogène dans d’autres cellules des tubes spéciaux. Ces deux modes d’alimentation sont séparés dans le temps. Le forage du tunnel exige en effet une augmentation de la pression hydrostatique à l’intérieur de la cavité palléale et d’organes comme le pied, ce qui ne peut se réaliser si les siphons sont rétractés et le tube fermé par les palettes, dont le rôle ne se limite donc pas à la protection de l’entrée de la galerie. La part de plancton et du bois dans l’alimentation varie probablement selon les espèces et aussi les saisons de l’année. L’information à propos des bactéries symbiotiques de la glande de Deshayes a été considérablement améliorée au cours des dernières décennies. Les recherches ont permis de mettre en évidence leur rôle dans la dégradation du bois et aussi dans la fixation de l’azote qui permet aux tarets de compenser, autrement que par la capture du plancton, la pauvreté du bois en acides aminés[7],[8] En liaison probablement avec le fait qu’ils consomment leur propre habitat qui prend donc un caractère temporaire, les tarets présentent un certain nombre d’adaptations comme une croissance rapide, une maturation précoce des gonades et une fécondité élevée[4].

Dégâts[modifier | modifier le code]

En creusant de longues et nombreuses galeries, les tarets diminuent la résistance des pièces de bois qu’ils colonisent et finissent même par les détruire complètement. En conséquence, ils occasionnent des dégâts considérables aux constructions en bois, simples ou complexes, soumises au contact prolongé avec l’eau de mer.

Dès l’antiquité les hommes enduisent de goudron les coques de leurs navires ce qui améliore leur étanchéité mais limite aussi l’attaque du bois par des organismes divers dont les tarets.

La marine en bois des temps plus récents, notamment celle qui fréquentait les zones tropicales, eut beaucoup à souffrir des ravages de ces animaux. Citons Christophe Colomb[9] « Le jour de l’Epiphanie, j’arrivai à Veragua hors d’haleine. Là, il plut à Notre Seigneur de m’accorder un fleuve et un port sûrs, bien qu’à l’entrée ils n’eussent pas plus de dix empans de fond… En janvier, l’embouchure du fleuve se trouva fermée. En avril, les navires étaient tout dévorés par les tarets et ils ne pouvaient plus se soutenir sur l’eau… Je partis, au nom de la Sainte Trinité, la nuit de Pâques, avec des navires pourris, rongés par les tarets et tout percés de trous… Au bout de six jours, le calme étant revenu, je repris mon chemin, mais déjà dépouillé de tout gréement, les navires plus percés par les tarets que ne le sont les rayons de miel, et les hommes au comble de l’abattement et du désespoir… Quant à ce mal des tarets, il ne connaît nul remède ».

Et Jean de Léry[10] : « Pendant ce temps, les mariniers et le charpentier étaient sous le tillac et recherchaient les trous et les fentes par où cette eau entrait et nous assaillait si fort. Ils firent tant qu’avec du lard, du plomb, des draps et autres choses qu’on n’était pas chiche de leur bailler, ils étoupèrent les plus dangereux. Si bien que, quand le besoin s’en fit sentir, car nous n’en pouvions plus, nous avons pu nous relâcher un peu de notre travail. Toutefois, après que le charpentier eut bien visité ce vaisseau, il dit qu’il était trop vieux et tout rongé de vers et ne valait rien pour faire le voyage que nous entreprenions. »

En 1519, Hernan Cortes «  persuada les pilotes de faire un rapport, où ils déclareraient que les navires ancrés à Vera-Cruz avaient subi de fortes avaries par suite de violents coups de vent, et que les vers avaient tellement rongé leurs flancs et leurs carènes, que la plupart étaient hors d’état de soutenir la mer, quelques uns même de rester à flot » [11] ceci afin d’en tirer prétexte pour les désarmer et échouer, et éviter ainsi la désertion de certains de ses hommes.

En détruisant le bois incorporé aux digues de terre protégeant la Hollande contre la mer, les tarets ont provoqué leur rupture en 1731 ce qui provoqua de terribles inondations[2]

Protégés contre les prédateurs, la dessiccation et les variations de salinité par le bois qui entoure leurs galeries et grâce à la possibilité qu’ils ont de fermer l’orifice de leur tube, les tarets sont difficiles à éliminer soit par la mise au sec des bateaux soit par leur mouillage en eau douce, traitements auxquels ils résistent plusieurs jours, voire plusieurs semaines.

C’est donc aux mesures préventives qu’il convient de recourir pour éviter les dégâts qu’ils sont susceptibles de provoquer

Les grands navires en bois furent protégés grâce au revêtement de leur carène par des clous à large tête ou par des plaques en cuivre. A l’heure actuelle, les peintures antisalissure, à condition d’être parfaitement continues suffisent généralement à interdire l’entrée des tarets.

De nos jours les principaux dégâts des tarets concernent les structures portuaires (pilotis et constructions diverses en bois immergées)[2],[12],[13] ainsi que les supports (bouchots), clôtures et éléments de balisage des concessions conchylicoles[14]. Dans ces domaines il est possible de recourir à des bois exotiques comme l’azobé (Lophira alata) en provenance du Cameroun principalement, mais, outre que cette essence est en fait assez facilement attaquée par les tarets[15] elle est menacée par la surexploitation et son usage doit donc être limité, voire banni. Les bois peuvent être imprégnés de biocides comme le coaltar (créosote) ou le chrome arsénate de cuivre[2] qui sont dangereuses pour l’environnement et incompatibles avec les cultures marines. Il semble qu’aux U.S.A. on ait beaucoup recours à l’enrobage des éléments en bois dans un film de polyvinyle ou par du polyester armé de fibres de verre, techniques qui sont, par de nombreux aspects, beaucoup plus respectueuses de l’environnement. On a également suggéré de combattre les tarets en s’attaquant aux bactéries symbiotiques qu’ils hébergent[16].

La progression de Teredo navalis en Baltique[2] constitue une préoccupation concernant la protection des très nombreuses épaves en bois qu’elle contient. Les deux remèdes auxquels on peut avoir recours sont leur enfouissement dans le sédiment ou leur enveloppement dans des nappes de géotextile.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Liste des genres[modifier | modifier le code]

Selon World Register of Marine Species (9 juillet 2013)[17] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Vergé-Fanceschi, M., 2002. Dictionnaire d’histoire de la marine. Robert Laffont éd.
  2. a, b, c, d et e Didziulis, V., 2007. NEOBANIS- Invasive Alien Species Fact Sheet-Teredo navalis-.-From : Online database of the North European and Baltic Network on Invasive species- NOBANIS www.nobanis.org.)
  3. (en) Tebble, N., 1966. British bivalve seashells. A handbook for identification. HMSO. Edinburgh, 212 p.
  4. a, b et c (en) Morton, B., 1978. Feeding and digestion in shipworms. Oceanogr. Mar. Biol. Ann. Rev. 16 : 107-144.
  5. (en) Sigerfoos, C.P., 1907. Natural history, organization, and late development of the Teredindaei, or ship-worms. Bureau of Fisheries Document N°639. 191-231.
  6. a, b, c et d Turner R., 1966. A survey and illustrated catalogue of the Teredinae (Mollusca : Bivalvia). The Museum of Comparative Zoology, Harvard University, Cambridge, Mass. 02138, 18-45.
  7. Waterbury, J.B., Calloway, D.B.,Turner, R.D., 1983. A cellulolytic nitrogen-fixing bacterium cultured from the gland of Deshayes in shipworms (Bivalvia: Teredinidae). Science, 221, 1401-1403.
  8. Distel, D.L., Morrill, W., MacLaren-Toussaint, N., Franks, D. & Waterbury, J., 2002. Teredinibacter turnerae gen. nov., sp.nov., a dinitrogen-fixing, cellulolytic, endosymbiotic γ-proteobacterium isolated from the gills of wood-boring molluscs (Bivalvia :Teredinidae). International Journal of Systematic and Evolutionary Microbiology, 52, 2261-2269.
  9. Colomb, C. lettre sur le quatrième et dernier voyage, dite « lettre rarissime » (7juillet 1503) in « La découverte de l’Amérique II Relations de Voyage. 1493-1504. Ed. La Découverte, Maspero éd., 1979, p. 196-202.
  10. Lery, J. de .1557. Journal de bord de Jean de Léry en la terre de Brésil 1557. Editions de Paris, 1957. p.169-170.
  11. Prescott, WH. 1843. History of the conquest of Mexico. Traduction et adaptation de P. Guillot, « La mort de l’empire aztèque » ed. de Saint-Clair, Paris, 1965, 248 p.
  12. Masterson, J. 2007. Teredo navalis. Smithsonian Marine Station at Fort Pierce. En ligne.
  13. Borges, L.M.S., Nunes, L. Valente, A.A.& Palma,P. 2008. Wood boring species present in the Tagus estuary and the severity of their attack on wooden piles exposed in the area : a case study. The international research group on wood protection, 39th Annual Meeting, Istanbul, Turkey. 18p.
  14. Le Roux, A. 2009. Aperçu de la faune des xylophages marins du golfe du Morbihan. Bull. Soc. Sc. Nat. Ouest de la France, nouvelle série, 31 :75-83.
  15. Letaconnoux, R. 1956. Compte rendu d’essais pour la protection des bois contre les tarets. Rev.Trav. Inst.Pêches Marit. 20 : 203-204. En ligne
  16. Science blog. Sea grant research aiming to sink shipworm damage. www. Scienceblog.com/community/older.../199600321 html
  17. World Register of Marine Species, consulté le 9 juillet 2013

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Illustrations ou informations complémentaires