Sex-ratio opérationnel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le sex-ratio opérationnel (ou OSR pour Operating Sex-ratio en anglais) est une mesure chez les espèces sexuées du sex-ratio, c'est-à-dire le taux comparé de mâles et femelles, prenant en compte la fertilité des individus et la disponibilité de ceux-ci pour la reproduction. Il est défini comme le quotient du nombre de femelles fécondables sur le nombre de mâles sexuellement actifs à un moment donné[1].

Facteurs affectant le sex-ratio opérationnel[modifier | modifier le code]

Le taux potentiel de reproduction[modifier | modifier le code]

Le sex-ratio adulte[modifier | modifier le code]

La répartition des sexes dans l'espace et le temps[modifier | modifier le code]

Le Sex-ratio opérationnel peut dépendre de la localisation : par exemple, chez la libellule émeraude, les mâles croisent longtemps sur le lieu de rendez-vous, jusqu'à trouver une partenaire, tandis que les femelles n'y séjournent qu'un minimum de temps. On aboutit ainsi localement à des OSR élevés, pouvant dépasser 90 %, pour une population globalement équilibrée.

Expression formelle[modifier | modifier le code]

Sutherland[2] exprime de manière formelle le sexe-ratio opérationnel (SRO) par la formule suivante:

 SRO = S.\frac{T_m-F_m.H_m}{T_f-F_f.H_f}

S est le sexe ratio des adultes fertiles, T_m et T_f le temps consacré à la reproduction respectivement chez les mâles et les femelles, F_m et F_f le nombre d'évènements de reproduction effectués respectivement par les mâles et les femelles pendant la période de reproduction et H_m et H_f le temps nécessaire à chaque évènement de reproduction respectivement pour le mâle et la femelle. Ces paramètres dépendent de nombreux facteurs différents, explicités en partie par Clutton-Brock et Parker en 1992[3].

Influence du sex-ratio opérationnel sur les rôles sexuels[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Stephen T. Emlen et Lewis W. Oring, « Ecology, sexual selection, and the evolution of mating systems », Science, vol. 197, no 4300,‎ 15 juillet 1977, p. 215-233 (DOI 10.1126/science.327542)
  2. (en) J.W. Sutherland, Sexual selection: testing the alternatives, Chichester, J.W. Bradbury, M.B. Andersson,‎ 1987 (ISBN 978-0-471-91624-6, OCLC 16405775, LCCN 87010616), « Random and deterministic components of variance in mating success », p. 209-219
  3. (en) Tim H. Clutton-Brock et G.A. Parker, « Potential reproductive rates and the operation of sexual selection », Quarterly review of biology, vol. 67, no 4,‎ 1992, p. 437-456 (ISSN 0033-5770)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]