Saint Paul (Vélasquez)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint Paul
Image illustrative de l'article Saint Paul (Vélasquez)
Artiste Diego Velázquez
Date 1618 - 1620
Type Baroque
Technique Huile sur toile
Dimensions (H × L) 99 × 78 cm
Localisation Musée national d'art de Catalogne, Barcelone (Espagne)


Saint Paul ( San Pablo) est une œuvre de jeunesse de Diego Velázquez probablement peinte entre 1618 et 1620. Elle est conservée depuis 1944 au Musée national d'art de Catalogne à Barcelone.


Histoire du cadre[modifier | modifier le code]

Le cadre fut attribué par August L. Mayer comme œuvre de Velázquez en 1921. Cette attribution est généralement admise par la critique. En 1841, la toile fut acquise par le Marquis de Fuentes à Madrid. Plus tard, elle se retrouva dans la collection de Don Pedro Gil à Barcelone, que la veuve légua au musée en 1944.

On pense qu’elle put faire partie d’une série d’apôtres, à laquelle appartenaient également Saint Thomas (Musée des beaux-arts d'Orléans), et la Tête d’apôtre (Musée du Prado). C’est en ce sens que Julián Gállego rappelle l’ensemble de peintures mentionnées par Antonio Ponz dans son Voyage en Espagne de 1772. Il localisa les trois toiles dans une pièce contiguë du prieuré du Monastère de la Cartuja à Séville où étaient gardées « plusieurs peintures d’apôtres qui, si elles sont de Velázquez, pourraient avoir été peintes à ses débuts »[1]. D’autres toiles d’apôtres attribuées à Velázquez sont citées dans un inventaire fait en 1786 des peintures du couvent de Saint-Herménégilde à Madrid[2]. Cependant, la relation entre ces œuvres et celles conservées n’est pas documentée. Le fait que l’apôtre Thomas soit représenté rigoureusement de profil alors que Paul est presque de face, semble s’opposer l’idée de répétition que supposent les séries. Pour cette raison José López-Rey les inventorie de façon séparée[3].

Description de la toile[modifier | modifier le code]

Le saint est représenté presque face au spectateur, assis de trois quarts, dans un ample manteau aux tons verdâtres qui couvre une tunique rouge et d’où se détachent les profonds plis qui donnent au tissu une sensation de pesanteur. Le traitement de la matière, les tons terreux, la lumière dirigée et la mise en évidence du visage montrent le degré de naturalisme atteint par le peintre dès cette époque. Ces éléments peuvent être mis en relation avec d’autres séries d’apôtres et de philosophes de José de Ribera. Cependant, leur exécution est très inégale, d’une représentation corporelle peu sûre. La tête naturelle et le poids du tissu recouvrent des pierres sans volume[4]. Le visage possède des traits ressemblant à d’autres personnages du peintre, comme ceux du déjeuner ou celle de Tête d’apôtre, mais également à certaines œuvres d’autres artistes, telles qu’une estampe de Werner van den Valckert qui représente Platon et une gravure de Saint Paul de G. Gauw sur une composition de Jacob Matham pour la disposition générale[5],[6]

L’identification du personnage est seulement faite par l’inscription «S.PAVLVS» dans la partie supérieure, avec une graphie semblable à celle du Saint Thomas, qui appuie la thèse d’une série, bien que ces inscriptions aient pu être postérieures. Velázquez s’écarte de l’iconographie traditionnelle de saint Paul, l’une des plus codifiées de l’art chrétien, notamment en ce qui concerne le signe distinctif de l’épée, substituée par le livre à moitié caché par la cape, en allusion à ses Épîtres, mais qui font partie des attributs communs aux autres apôtres. La physionomie du saint s’écarte également de la tradition, qui le représente chauve et avec une barbe noire et pointue[7]. Il se rapproche des indications de son maître Francisco Pacheco, qui, dans L’art de la peinture affirme « Nous avons dit auparavant que, d’après la peinture de saint Luc, saint Pierre n’était pas chauve, et nous disons la même chose de saint Paul, bien que dégarni sur la partie avant du front, avec des cheveux et une barbe noire[8] »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Corpus velazqueño, t. II, pág. 636.
  2. Catálogo de la exposición Velázquez, 1990 (Julián Gállego), págs. 100-102.
  3. López-Rey, nº 10, pág. 28 (Santo Tomás) y nº 14, pág. 36 (San Pablo).
  4. Brown, pág. 29.
  5. Catálogo de la exposición De Herrera a Velázquez (A. E. Pérez Sánchez), pág. 240.
  6. Catálogo de la exposición Fábulas de Velázquez (Ángel Aterido), pág. 307.
  7. Catálogo de la exposición Velázquez y Sevilla (Javier Portús), pág. 200.
  8. Pacheco, pag. 670.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jonathan Brown, Velázquez. Pintor y cortesano, Alianza Édition,‎ 1986 (ISBN 84-206-9031-7)
  • (es) « Velázquez », Catalogue de l’exposition, Madrid, Musée National du Prado,‎ 1990 (ISBN 84-87317-01-4)
  • (es) « Velázquez y Sevilla », Catalogue de l’exposition, Séville, Junta de Andalucía. Consejería de Cultura,‎ 1999 (ISBN 84-8266-098-5)
  • (es) « De Herrera a Velázquez. El primer naturalismo en Sevilla », Catalogue de l’exposition, Bilbao-Séville, Muée des beaux-arts de Bilbao-Fondation Focus Abengoa,‎ 2006 (ISBN 84-89895-14-7)
  • (es) « Fábulas de Velázquez », Catalogue de l’exposition, Madrid, Musée National du Prado,‎ 2007 (ISBN 84-8480-129-0[à vérifier : ISBN invalide])
  • J. M. Pita Andrade (dir.), Corpus velazqueño. Documentos y textos, vol. 2, Madrid,‎ 2000 (ISBN 84-369-3347-8)
  • José López-Rey, Velázquez. Catalogue raisonné, vol. II, Cologne, Taschen Wildenstein Institute,‎ 1996 (ISBN 3-8228-8731-5)
  • Francisco Pacheco (préf. Bonaventura Bassegoda), El arte de la pintura, Madrid, Cátedra,‎ 1990 (ISBN 84-376-0871-6)