Renforcement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En psychologie, le renforcement est un procédé qui augmente la probabilité de répétition d'un comportement[1]. B.F. Skinner fut le premier à en étudier systématiquement les effets, à l'aide de rats et de pigeons.

Le renforcement positif consiste à donner au sujet un stimulus agréable, c'est un évènement qui augmente la fréquence d'apparition d'un comportement grâce à un stimulus agréable.

Le renforcement négatif consiste à supprimer un stimulus désagréable ou douloureux, c'est un évènement qui augmente la fréquence d'apparition d'un comportement grâce à un retrait ou à l'arrêt d'un stimulus désagréable.

Les renforçateurs primaires sont des stimuli qui augmentent la probabilité d'une réponse et qui, comme la nourriture, comblent un besoin biologique.

Les renforçateurs secondaires sont des stimuli qui augmentent la probabilité d'une réponse et qui, comme l'argent et les biens matériels, n'ont pas de valeur biologique intrinsèque.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Karen Huffman, Mark et Judith Vernoy,Psychologie en direct - 2e édition, Modulo, Mont-Royal, 2000, p. 227