Relativité doublement restreinte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir relativité.

La relativité doublement restreinte (appelée aussi parfois relativité restreinte déformée) ou DSR (de l'anglais doubly-special relativity ou deformed special relativity) est une théorie physique, s'apparentant par certains aspects à la relativité restreinte. Elle fut proposée à l'origine par Giovanni Amelino-Camelia, mais a été au moins implicite dans un article de Paul Merriam.

Elle est fondée sur postulat que — en plus de la vitesse de la lumière — une échelle caractéristique fondée sur l'échelle de Planck doit rester invariante selon les transformations relativistes.

Cette théorie, depuis sa publication en 2002, reste encore très spéculative. Bien que construite selon des principes bien établis en physique théorique (comme le principe de covariance générale), elle n'est pas considérée comme prometteuse par une majorité des physiciens des hautes énergies.

Variantes et développements[modifier | modifier le code]

Plusieurs variantes de la DSR existent qui impliquent l'existence d'une longueur fondamentale, égale à la longueur de Planck, ou bien d'une impulsion maximale, invariante quel que soit le référentiel associé à un observateur. Une théorie alternative (DSR-II), inspirée par celle d'Amelino-Camelia et fondée sur les mêmes postulats, a été proposée par la suite par João Magueijo et Lee Smolin. Ceux-ci travaillent sur les liens entre cette théorie et la gravitation quantique à boucles.

Cette théorie a encore été améliorée par Florian Girelli et Etera Livine[1], qui ont démontré la compatibilité du concept d'énergie maximale avec la physique des objets macroscopiques.

Motivations[modifier | modifier le code]

Les motivations qui ont amené à cette théorie sont les suivantes :

La théorie de la relativité doublement restreinte, encore en évolution, reste falsifiable (ou réfutable) : elle sera invalidée si les observations ne confirment pas la violation de la limite de Greisen-Zatsepin-Kuzmin, ce qui semble être le cas [2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]