Relais électromécanique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Relais électromécanique

Un relais électromagnétique est un organe électrique permettant de dissocier la partie puissance de la partie commande  : Il permet l'ouverture/fermeture d'un circuit électrique par un second circuit complètement isolé (isolation galvanique) et pouvant avoir des propriétés différentes.

Description[modifier | modifier le code]

Schéma d'un relais électromécanique
Vue principale d'un relais double inverseurs.
Autre vue du relais en correspondance montrant le détail des contacts (NO à gauche et NC à droite).
Relais radio.
  • Un relais est composé principalement d'un électroaimant, qui lorsqu'il est alimenté, transmet une force à un système de commutation électrique : les contacts.
  • L'électroaimant peut être, suivant les spécifications et besoins, alimenté en TBT (12 V, 24 V, 48 V) continu ou alternatif ou en BT (230 V, 400 V).
  • Le système de commutation peut être composé d'un ou plusieurs interrupteurs simple effet appelés contacts normalement ouverts (NO) ou normalement fermés (NF), d'un ou plusieurs inverseurs (contacts repos-travail RT). Ces commutateurs sont adaptés aux courants et à la gamme de tensions à transmettre à la partie puissance.
  • Dans les systèmes mettant en œuvre une certaine puissance, on appelle les relais des contacteurs.
  • Divers systèmes mécaniques ou pneumatiques peuvent créer un retard à l'enclenchement ou au relâchement.
  • Un relais peut être monostable ou bistable :

Fonctionnement monostable : les contacts commutent quand la bobine est alimentée et le retour à l'état initial se fait quand la bobine n'est plus alimentée.

Fonctionnement bistable à une bobine : on alimente la bobine pour que les contacts commutent : l'état ne change pas quand la bobine n'est plus alimentée, un système mécanique bloque le retour. Pour revenir à l'état initial, on alimente à nouveau la bobine pour débloquer le mécanisme, dans certain cas en inversant la polarité de l'alimentation.

Fonctionnement bistable à deux bobines : on alimente la première bobine pour que les contacts commutent : l'état ne change pas quand la bobine n'est plus excitée. Pour revenir à l'état initial, on alimente la deuxième bobine.

Quelques symboles de relais spéciaux

Utilisations[modifier | modifier le code]

  • La fonction première des relais est le plus souvent de séparer les circuits de commande des circuits de puissance à des fins d'isolement, par exemple pour piloter une tension ou un courant élevé à partir d'une commande plus faible et dans certaine application assurer aussi la sécurité de l’operateur..
  • On peut les utiliser aussi pour créer des fonctions logiques adaptées, comme ce fut le cas pour les premiers ordinateurs ou dans les flippers.
  • Les relais furent utilisés en très grande quantité dans les systèmes de commutation téléphonique électromécanique RTC ; ils le sont toujours, mais dans une moindre mesure car remplacés par de l'électronique et de l'informatique, dans les commutateurs actuels.
  • La durée de vie des relais électromagnétiques est relativement réduite en raison de l'usure des contacts lors de commutations répétées.Mais il existe des solution pour en prolonger sa durée de vie[1].

Évolution[modifier | modifier le code]

Le relais statique, entièrement électronique, remplace avantageusement dans beaucoup de situations le relais électromécanique. Une meilleure vitesse de commutation, silence de fonctionnement, insensibilité aux vibrations, sont quelques-uns de ses avantages sur l'électromécanique. Par contre il supporte – parfois – très mal les forts courants de court-circuit bien qu'il soit généralement équipé de protections internes. Il n'est pas utilisable non plus en tant que coupure de sécurité (au sens des personnes) à cause du courant de fuite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe : Électronique de puissance.

Lien externe[modifier | modifier le code]