Quatre beautés de la Chine antique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les quatre beautés de la Chine antique sont les quatre plus belles femmes du monde chinois antique, à savoir Xi Shi, Wang Zhaojun, Diao Chan et Yang Guifei[1]. Parmi celles-ci seule Diao Chan est un personnage fictif, du roman Les Trois Royaumes.

À noter que parfois, Diaochan est remplacée par Consort Yu[réf. nécessaire].

Les Quatre beautés du musée de l'Ermitage[modifier | modifier le code]

Les Quatre beautés, xiiie ‑ xive siècles, Musée de l'Ermitage

L'estampe du musée de l'Ermitage a été découverte en 1909 dans le Gansu. Elle représente, de gauche à droite, Ban Ji, Zhao Feiyan (en), Wang Zhaojun et Lu Zhu (morte en 300). Elles ont vécu sous la dynastie des Han, excepté Lu Zhu, qui a vécu sous celle des Jin. Un cartouche avec son nom surmonte chacun des personnages. L'estampe pourrait être datée entre les Song du Nord (960-1127) et les Song du Sud (1127-1279). Il s'agit probablement d'une image de nouvel an, destinée à être collée sur un mur. Ces images allant par paire, le pendant de celle-ci est perdu. Le cartouche horizontal de six caractères précise que l'estampe a été gravée par la maison Ji à Pingyang[2].

Le nom complet de l'estampe, présent dans le registre horizontal, est Beautés charmantes à renverser les royaumes de la dynastie Sui[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chefs-d'œuvre de la collection Grandidier - Glossaire, musée Guimet
  2. Christophe Comentale, Les Estampes chinoises, Éditions alternatives, 2003, p. 92.
  3. Wou Tchen-fou, Chine. L'estampe, Philippe Picquier, 1990, p. 32.

Sur les autres projets Wikimedia :