Per Noste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Per Noste est une association fondée en 1960 sous le nom de Per Nouste dans le but de défendre et promouvoir la langue et la civilisation occitanes de Gascogne. Son président fondateur est le poète Roger Lapassade[1]. Parmi les autres fondateurs figurent Robert Darrigrand, Pierre Tucoo-Chala et Xavier Ravier. Ils sont rejoints par Michel Grosclaude en 1965. L’association publie très tôt des ouvrages destinés à l’enseignement de la langue[2]. En 1967, elle lance la revue Per Nouste (qui devient Per Noste en 1968, puis País Gascons en 1978)[3],[4].

Per Noste a été section départementale de l’IEO jusqu’en 2009. Elle est à l’origine ou a aidé de nombreux projets à voir le jour (école Calandreta, le groupe Nadau, Ràdio País, Ostau Bearnés[5] à Pau…).

Le logotype de Per Noste pour les activités d'édition

Son activité est principalement centrée sur l’édition de livres en occitan de Gascogne ou sur la Gascogne.

Per Noste, la plus ancienne association occitaniste du Béarn, a connu une situation financière très préoccupante en 2004 du fait d'une défaillance de l'aide publique[6],[7],[8],[9]. Sa situation s'est depuis normalisée[10],[11].

L'association est abritée par la municipalité d'Orthez depuis 1988 dans une partie de la maison que Francis Jammes occupa de 1897 à 1907, la maison Chrestiaa. Elle emménagera en 2013 dans de nouveaux locaux, l'espace Roger Lapassade, que la municipalité d'Orthez restaure, en face de la nouvelle médiathèque publique[11],[12].

Per Noste est mentionné par certains scientifiques et universitaires soit pour ses publications soit pour son action dans le mouvement culturel occitan[13],[14],[15],[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Darrigrand, Vie et œuvre de Roger Lapassade, Actes du colloque d’Orthez, p. 15-29, Centre d'Étude de la Littérature Occitane, Toulouse, 1998.
  2. Joan Eygun, Espiar au delà deus gaves : occitanisme e bearnitat de 1950 a 1970, Actes du colloque d’Orthez, p. 31-40, Centre d'Étude de la Littérature Occitane, Toulouse, 1998.
  3. Robert Darrigrand, "Prumerias de Per Noste", País Gascons 235 janvier-février 2007, p. 9.
  4. Maria Carmen Alén Garabato, Actes de resistance sociolinguistique. Les défis d'une production périodique militante en langue d'oc, Paris, L'Harmattan, 2008.
  5. Voir l'historique de la création de cette association sur son site. [1]
  6. La République des Pyrénées 11/02/2004 La situation est critique.
  7. La République des Pyrénées 15/02/2004 Peut-être une lueur d'espoir.
  8. Sud-Ouest 16 février 2004 Nous allons nous noyer.
  9. Echo béarnais 02/03/2004 Lo crit.
  10. Sud-Ouest 05/03/2009 Per Noste revoit ses objectifs à la baisse.
  11. a et b La République des Pyrénées 10/03/2011 Orthez : la maison de Francis-Jammes restera dédiée à la culture.
  12. La République des Pyrénées 09/04/2011 Orthez: ces nombreux petits chantiers qui pèsent sur le budget 2011.
  13. Kristol, Andres M. / Wüest, Jakob Th. (éds), Drin de tot. Travaux de sociolinguistique et de dialectologie béarnaises, Peter Lang, Bern, Frankfurt/M., New York, 1985. VIII, 323 p. ISBN 978-3-261-04076-3
  14. Recension du livre de Kristol et Wuest: «(Ein) schöner und willkommener Band zur gask. Soziolinguistik.» (Zeitschrift für Romanische Philologie)
  15. Pierre Bec, Manuel pratique d'occitan moderne, Paris, éditions Picard, 1973.
  16. Georg Kremnitz, Versuche zur Kodifizierung des Okzitanischen seit dem 19. Jahrhundert und ihre Annahme durch die Sprecher, Tübingen : TBL- Verlag Narr, 1974.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]