Panique du noyau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Panique d'un noyau Linux QEMU.
Panique d'un noyau Darwin (Mac OS X).
Panique d'un système Linux sur écran d'information RATP.

La panique du noyau (kernel panic) est un mécanisme de signalement d'erreur du noyau du système d'exploitation de l'ordinateur, en particulier UNIX, GNU/Linux ou Mac OS X.

Elle peut intervenir dans des circonstances diverses, qui normalement traduisent toutes des erreurs impossibles à corriger et à ignorer et interdisant la poursuite du fonctionnement de l'ordinateur. Parmi ces circonstances, il peut y avoir des erreurs de programmation ou de conception du noyau, une mauvaise installation du noyau, des problèmes de liens à l'intérieur du noyau ou un problème matériel. Elle est souvent précédée d'un autre message d'erreur du noyau, le kernel oops (en).

Une panique de noyau va par exemple être produite si des valeurs incorrectes sont détectées (vérification d'assertion) ou si le processeur reçoit une instruction impossible à exécuter, par exemple une lecture ou écriture via un pointeur nul.

Lorsque cette situation se produit, l'exécution du système prend fin, de façon généralement abrupte. L'utilisateur n'a d'autre choix que de le redémarrer. Il devra parfois choisir un autre noyau ou modifier les paramètres envoyés au noyau par le chargeur d'amorçage ou, le cas échéant, réinstaller le système.

Il est possible de paramétrer un redémarrage automatique en initialisant le nombre n de secondes avant celui-ci :

  • au démarrage dans la ligne de grub/lilo, en ajoutant l'option panic=n ;
  • dans sysctl.conf : sysctl -w kernel.panic=n ;
  • quand le système est démarré : echo "n" > /proc/sys/kernel/panic.

Sous Linux, une panique du noyau est signalée par le clignotement des diodes Verrouiller Maj et Arrêt défilement.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]