Otton II de Gueldre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Otton II de Gueldre, dit le Paralysé, né vers 1215, mort le 12 janvier 1271, fut comte de Gueldre et de Zutphen de 1229 à 1271. Il était fils de Gérard III, comte de Gueldre et de Zutphen, et de Marguerite de Brabant.

Il était un prince du Saint-Empire dans les Pays-Bas. Il fut fréquemment impliqué dans les querelles locales contre les comtes de Clèves et les évêques d'Utrecht. À cause de ses possessions en Westphalie, il fut également et fréquemment en guerre contre les comtes de Ravensberg et des Tecklenbourg et les évêques de Paderborn, d'Osnabrück et de Münster.

En 1261, en tant que régent de Hollande, pendant la minorité de Florent V, et aussi parce que la régence du Brabant était disputée entre la mère et l'oncle du duc, il eut une position éminente dans les Pays-Bas.

Il fonda plusieurs villes et accorda le statut de ville à d'autres communautés, entre autres Gueldre (1229), Goch (1230), Ruremonde (1231), Harderwijk (1231), Grave (1232), Emmerich (1233), Arnhem (1233), Doetinchem (1236), Doesburg (1237) et Wageningue (1263). Ainsi par l'implatation de bourgeois et de marchands, la région devint prospère, également favorisé par le développement de routes. Cela enrichit le comte, par les droits de douanes.

Otton II fut inhumé dans le monastère de Graefenthal.

Mariages et enfants[modifier | modifier le code]

Il épousa en premières noces en 1242 Marguerite de Clèves († 1251), fille de Thierry V, comte de Clèves, et de Mathilde de Dinslaken. Ils eurent :

Veuf, il se remaria en 1253 à Philippa de Dammartin (en) († 1279), fille de Simon de Dammartin, comte d'Aumale et de Marie, comtesse de Ponthieu. Ils eurent :

  • Renaud Ier (1255 † 1326), comte puis duc de Gueldre, comte de Zutphem et duc de Limbourg.
  • Philippe († 1294), mariée avant 1275 avec Walram II de Valkenbourg (1253 † 1302)
  • Marguerite († 1282/1287), mariée avant 1281 à Thierry VII (1256 † 1305), comte de Clèves


En 1236, pour des raisons que l'histoire n'a pas retenues, il change ses armoiries.

Sources[modifier | modifier le code]