Nishiyama Sōin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Nishiyama Sōin
Nishiyama Sōin est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Nishiyama, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste).

Nishiyama Sōin (西山 宗因?)Nishiyama Toyoichi (西山 豊一?) (28 mars 1805, province de Higo - 5 mai 1682 à Kyoto)[1] est un poète japonais du Shogunat Tokugawa, fondateur de l'école Danrin de Haikai no renga (俳諧の連歌)[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Sōin est un samouraï au service du daimyō Katō Masakata, puis il est rōnin en 1632 et devient moine. En 1670 il commence à écrire de la poésie haikai dans le style danrin, ce qui provoque la critique des poètes de l'école Teimon[3].

Originalité[modifier | modifier le code]

L'école Danrin, du nom du poème Danrin Toppyaku (1675), donne au poète une plus grande liberté dans les thèmes, les métaphores, le ton et la composition poétique qu'auparavant l'école Teimon[4] de Matsunaga Teitoku (1571- 1654). Elle tend à s'éloigner de la gravité livresque populaire dans la poésie japonaise de l'époque et à s'approcher des gens du commun, insufflant un esprit de plus grande liberté dans la poésie. Les haïkaï (renga comiques) de Sōin constituent une transition entre la légèreté et l'habileté des haïkaï de Matsunaga Teitoku et le renku plus grave et plus esthétique de l'école Shōmon de Matsuo Basho (1644-1694)[1].

Parmi les élèves de Nishiyama Sōin, on compte Matsuo Bashō, jusqu'à ce qu'il établisse l'école Shōmon[4] et le poète haikai et romancier, Ihara Saikaku (1642-1693)[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Saiō toppyaku-in (séries de cinq vers) (entre 1661-1670)
  • Danrin toppyaku-in (séries de cinq vers danrin) (circa. 1675)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b «Nishiyama Sōin» dans l'Encyclopædia Britannica.
  2. Forme littéraire avec une strophe de trois vers, le premier et le troisième de cinq syllabes et le deuxième de sept.
  3. (en) Japan encyclopedia, Harvard University Press,‎ 2005 (ISBN 9780674017535, lire en ligne)
  4. a et b (Landis Barnhill 2005), p.181
  5. (Shirane 2008), p.21