Michel Doukas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Doukas.

Michel Doukas était membre de la famille impériale des Doukas.

Il fut témoin, en 1453, de la prise de Constantinople par Mehmet II, après laquelle il se réfugia dans l'île de Lesbos. Il a écrit L'Histoire de l'empire d'Orient depuis Jean Cantacuzène jusqu'à la chute de l'empire. Le récit de Doukas sur la chute de Constantinople se distingue par le fait qu'il est le seul à faire référence à l'épisode de la Kerkoporta, une poterne à l'emplacement inconnue (probablement à la jonction des murailles de Théodose et du rempart des Blachernes) laissée ouverte au moment de l'assaut final des Ottomans qui permet à cinquante d'entre eux de pénétrer dans la cité. Ils parviennent à hisser le drapeau ottoman en haut d'une des tours, contribuant à créer ou à accroître la panique des défenseurs, déjà en grande difficulté dans le secteur de la Porte de Saint-Romain. Si cet épisode a été récemment remis en cause, il est aussi possible que Doukas ait interrogé des témoins (notamment turcs) du siège. On sait ainsi qu'il a interrogé Hamza Bey[1].

Cette histoire, publiée au Louvre en 1649 in-folio, fait partie de la Byzantine ; elle a été traduite en latin par Ismaël Boulliau, et en français par Louis Cousin.

Doukas a été traduit récemment en français par Jean Dayantis[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippidès et Hanak 2011, p. 434 (note 17)
  2. Thèse en histoire, université Paul Valéry Montpellier 3, (2004) et édité par l'Atelier National de Reproduction des Thèses, Lille, 2008.

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.