Marie Narychkine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La princesse Narychkine par Salvatore Tonci (1756-1844)

La princesse Marie Antonovna Narychkine (Мария Антоновна Нарышкина), née princesse Sviatopolsk-Tchetvertinsky (Varsovie 1779-Munich 1854) est une noble russe qui fut la favorite d'Alexandre Ier de Russie.

Biographie[modifier | modifier le code]

La princesse est issue d'une lignée de princes polonais, son père est le prince Antoine-Stanislas Światopełk-Czetwertyński et sa mère est née Kopenhausen. Elle est d'une grande beauté naturelle et se trouve à quinze ans demoiselle d'honneur (Fräulein) à la cour impériale. Elle épouse à seize ans le prince Dimitri Narychkine, âgé de trente-sept ans, Oberyegermeister à la cour, c'est-à-dire grand-maître de la maison impériale[1]. Derjavine la décrit comme « douée de toutes les grâces d'Aspasie », d'où son surnom d' Aspasie du Nord, dans la bonne société de Saint-Pétersbourg qui la considère comme une courtisane. Elle s'attire les faveurs du futur empereur Alexandre en 1799, et cette liaison ne choque que peu de monde à la cour, l'épouse d'Alexandre étant d'ailleurs sans enfant. Alexandre a vingt-deux ans et la belle Marie vingt. Leur liaison affichée dure quinze ans et elle tente de prendre conseil pour faire annuler le mariage de l'empereur par l'Église orthodoxe en 1803, mais cela est refusé. L'empereur y trouve une seconde famille, bien qu'il soit marié avec l'impératrice Élisabeth Alexeïevna, née princesse de Bade, qui est aussi d'une certaine beauté. Elle donne le jour à trois filles et un fils de sa liaison avec l'empereur. Elle l'accompagne au congrès de Vienne de 1815, ce qui est critiqué par les diplomates et mal perçu par la société de l'époque, d'ailleurs le prince Boris Galitzine évoque le sujet avec l'empereur et lui déclare qu'il sera jugé au tribunal divin, ce qui impressionne Alexandre, traversé tout au long de sa vie de questions mystiques. Elle habite alors Paniglgasse N°60 et la maison est surveillée par les agents du baron Hager, chef de la police de Metternich qui s'inquiètait de savoir si les origines polonaises de la princesse pouvaient avoir une influence sur Alexandre.

Le couple se sépare définitivement en 1818 et l'empereur retourne auprès de son épouse, après un dur combat intérieur pendant l'été 1818, tout en qualifiant de ma famille la princesse et ses enfants, dans une lettre à sa sœur devenue récemment reine de Wurtemberg, et dont l'époux, le roi Guillaume, avait rompu son premier mariage pour elle.

Famille[modifier | modifier le code]

La princesse Narychkine en 1807 par Grassi (Dresde)

La princesse Narychkine a eu six enfants, dont trois meurent en bas-âge :

  • Marie Dimitrievna (1798-1871), qui est la véritable fille du prince Dimitri, et qui épouse le comte Nicolas Gouriev (1792-1849)
  • Élisabeth (1803, morte en bas âge),
  • Élisabeth (1804, morte en bas-âge),
  • Sophie (1808-1824), fille de l'empereur (unique enfant reconnu par l'empereur[2])
  • Zénaïde (1810, morte en bas-âge),
  • Emmanuel Dimitrievitch Narychkine (1813-1901), fils de l'empereur (non reconnu) ?

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il meurt en 1838.
  2. Franck Ferrand, « La mort d'Alexandre Ier », émission Au cœur de l'histoire, 6 mars 2013

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daria Olivier, Alexandre Ier, le prince des illusions, Paris, Fayard, 1973
  • (de) Karin Feuerstein-Praßer, Die Preußischen Königinnen, Piper Verlag GmbH, 2003

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]