Malinké

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la langue malinké. Pour le peuple malinké, voir Malinké (peuple d'Afrique).
Malinké
Pays Guinée, Mali, Sénégal, Côte d'Ivoire, Burkina Faso,
Nombre de locuteurs 10 à 13 millions selon les évaluations
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-2 man[1]
ISO 639-3 [1], mlq, emk, mwk man[1], mlq, emk, mwk
IETF man[1], mlq ?
Échantillon
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (voir le texte en français)

Sariya 1

Adamadennu bɛɛ sɔdɔnɲa kakan, hɔrɔya dɔ, fabadenɲa dɔ ani sariya ta fan dɔ. Hankili ni sɔnɔmɛ ye alu bɛɛ ma, a kakan wo dɔ alu ye bakelenɲa sila lataaman alu ɲɔɔn tɛ.

Le malinké est une langue africaine de la famille des langues mandé, parlée en Guinée, au Mali, au Sénégal, en Côte d'Ivoire, par les Malinkés. Elle est très proche du bambara, du dioula et du mandengo ou mandinka (Gambie).

Comme ces derniers elle est écrite en alphabet latin ou en alphabet N'ko. Des pratiques d'écriture du malinké en caractère arabes existent également.

Elle est parfois désignée sous d'autres noms : Maninkakan, Maninka-Western, Maninga, Malinka, Malinke, Western Malinké

Développement de la langue[modifier | modifier le code]

En 1996, une Organisation non gouvernementale, Savane Développement, a créé à Kolia, en Côte d'Ivoire, une école pour une scolarisation partiellement en langue maternelle : c'est le Centre scolaire intégré du Niéné (CSIN). Dans ce centre expérimental, les élèves reçoivent, du préscolaire à la fin de la première année du primaire, un enseignement en sénoufo ou en malinké, selon leur langue maternelle, et poursuivent par la suite leurs études en français[2].

Alphabet N'ko[modifier | modifier le code]

Article détaillé : N'ko.

Voyelles[modifier | modifier le code]

o
/ɔ/
ô
/o/
ou
/u/
è
/ɛ/
i
/i/
é
/e/
a
/a/
ߐ‏ ߏ‏ ߎ‏ ߍ‏ ߌ‏ ߋ‏ ߊ‏
NKo Aw.svg NKo O.svg NKo Uh.svg NKo Eh.svg NKo E.svg NKo A.svg NKo Ah.svg

Consonnes[modifier | modifier le code]

ra
/ɾa/
da
/da/
tcha
/t͡ʃa/
dja
/d͡ʒa/
ta
/ta/
pa
/pa/
ba
/ba/
ߙ ߘ ߗ‏ ߖ‏ ߕ‏ ߔ‏ ߓ
NKo R.svg NKo D.svg NKo Ch.svg NKo J.svg NKo T.svg NKo P.svg NKo B.svg
ma
/ma/
la
/la/
ka
/ka/
fa
/fa/
gba
/ɡ͡ba/
sa
/sa/
rra
/ra/
ߡ ߟ‏ ߞ‏ ߝ‏ ߜ‏ ߛ‏ ߚ‏
NKo M.svg NKo L.svg NKo K.svg NKo F.svg NKo Gb.svg NKo S.svg NKo Rr.svg
n'
/n̩/
  ya
/ja/
wa
/wa/
ha
/ha/
na
/na/
nya
/ɲa/
ߒ   ߦ‏ ߥ ߤ‏ ߣ‏ ߢ‏
NKo Ng.svg   NKo Y.svg NKo W.svg NKo H.svg NKo N.svg NKo Ny.svg

La langue n'ko qui est comprise par les peuples mandingues de la Gambie (mandinka) au Ghana (dioula) en passant par la Guinée (malinké), Mali (Bambara), Sierra Leone (mendés) Côte d'Ivoire (dioula) et Burkina Faso (dioula) est écrite en alphabet N'ko. Cet alphabet qui est inventé en 1949 en cote d'ivoire par le savant chercheur guinéen d'origine malienne Solomana Kante est aujourd'hui informatisé[réf. nécessaire]. C'est l'alphabet le mieux adapté pour transcrire les langues avec tonalité[réf. nécessaire]. Mais le manque de financement des gouvernements et l'omniprésence du français à tous les niveaux de la vie quotidienne éclipse cet alphabet qui n'est utilisé que par quelque 400 000 à 900 000 personnes en Guinée et au Mali principalement.

L'alphabet N'ko est desormais disponible dans fedora 20( 2014).

Lexique[modifier | modifier le code]

Emprunts français[modifier | modifier le code]

Le français a emprunté quelques mots au malinké, notamment balafon, boubou.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c code générique
  2. En 2001, le ministère de l'Éducation nationale a fait une évaluation de l'établissement d'enseignement et a décidé d'élargir l'expérimentation à dix autres langues: abidji, agni, attié, baoulé, bété, guéré, dan ou yacouba, koulango, mahou et sénoufo de Korhogo

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire français-malinké et malinké-français, précédé d'un abrégé de grammaire malinkée, Mission des Pp. du Saint-Esprit, 1906
  • O. Abiven, Essai de dictionnaire pratique français-malinké, Kayes ?, 1896
  • Mamadou Camara, Parlons malinké, L'Harmattan, Paris, 2000, 272 p. (ISBN 2738476619)
  • Boniface Keita, Le Malinké de Kita (parler de Bindougouba), Institut national des langues et civilisations orientales, 1984. [1]
  • A. Klein (Père blanc), Grammaire malinké, Évêché, 1961
  • A. Klein (Père blanc), Exercices malinké : (Complément de la grammaire malinké, Évêché, 1962

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]