Le nombre magique sept, plus ou moins deux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le nombre magique sept, plus ou moins deux : quelques limites à nos capacités de traitement de l'information[note 1] (Miller, 1956) est un des articles les plus cités en psychologie[1],[2],[3]. Il a été publié en 1956 par le psychologue cognitif George A. Miller du département de psychologie de l'université de Princeton dans le journal Psychological Review. En résumé, il soutient que le nombre d'objets pouvant tenir dans la mémoire de travail d'un humain moyen est de 7 plus ou moins 2.

Des recherches récentes démontrent que la loi du nombre magique sept est fondée sur une interprétation erronée de l'article de Miller. Le nombre correct de nouveaux éléments pouvant tenir dans la mémoire courante est probablement de trois ou quatre[4].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Titre original : "The Magical Number Seven, Plus or Minus Two: Some Limits on Our Capacity for Processing Information".

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) G. A. Miller, « The magical number seven, plus or minus two: Some limits on our capacity for processing information », Psychological Review, vol. 63, no 2,‎ 1956, p. 81–97 (lire en ligne)(pdf)
  1. Gorenflo, DW. McConnellT JV. (1991). The Most Frequently Cited Journal Articles and Authors in Introductory Psychology Textbooks. Teaching of Psychology, 18: 8 – 12
  2. Kintsch W, Cacioppo JT.(1994). Introduction to the 100th anniversary issue of the Psychological Review. Psychological Review. 101: 195-199
  3. Garfied E, (1985). Essays of an Information Scientist, 8: 187-196; Current Contents, (#20, p.3-12, 20 mai)
  4. Farrington, J. (2011), dans la recherche: Myths Worth Dispelling: Seven plus or minus two. Performance Improvement Quarterly 23(4) 113–116, résumé.