Kigva

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kigva (ou Cigva), dans la mythologie celtique galloise, est l’épouse de Pryderi, le prince de Dyved ; elle est la fille de Gwyn Gloyw. Elle apparaît principalement dans les deuxième et troisième branches du Mabinogi : Le Mabinogi de Branwen et Manawydan Mac Llyr.

Mythologie[modifier | modifier le code]

À la fin du conte Pwyll, prince de Dyved (première branche du Mabinogi), elle est uniquement citée, comme devenant l’épouse de Pryderi.

Après la mort de Pwyll prince de Dyved, son fils Pryderi suggère à Manawyddan Fab Llyr d’épouser sa mère Rhiannon, ce qui est accepté. Au cours d’une promenade, un brouillard magique s’abat sur la région et la dévaste. Il ne reste pour seuls habitants que les quatre membres de la famille princière. Après avoir consommé les vivres, ils sont obligés de partir pour l’Angleterre, où ils vont exercer différents métiers, pour survivre.

Manawydan et Kigva capturent une souris qui se trouve être l'épouse de Llwyd ap Cil, un magicien ennemi juré de Rhiannon. Ils contraignent le magicien à lever les malédictions qui pourrissent leur territoire.

Compléments[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Les Quatre Branches du Mabinogi, traduit du moyen gallois, présenté et annoté par Pierre-Yves Lambert, Gallimard, coll. « L'aube des peuples », Paris, 1993, (ISBN 2-07-073201-0).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul-Marie Duval, Les Dieux de la Gaule, Paris, éditions Payot,‎ février 1993, 169 p. (ISBN 2-228-88621-1)
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1957 aux PUF. Paul-Marie Duval distingue la mythologie gauloise celtique du syncrétisme dû à la civilisation gallo-romaine.
  • Albert Grenier, Les Gaulois, Paris, Petite bibliothèque Payot,‎ août 1994, 365 p. (ISBN 2-228-88838-9)
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1970. Albert Grenier précise l’origine indo-européenne, décrit leur organisation sociale, leur culture et leur religion en faisant le lien avec les Celtes insulaires.
  • Christian-J. Guyonvarc'h, Magie, médecine et divination chez les Celtes, Bibliothèque scientifique Payot, Paris, 1997 (ISBN 2-228-89112-6).
  • Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux :
    • Les Druides, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1986 (ISBN 2-85882-920-9) ;
    • La Civilisation celtique, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1990 (ISBN 2-7373-0297-8) ;
    • Les Fêtes celtiques, Rennes, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire »,‎ avril 1995, 216 p. (ISBN 9782737313158)
      Ouvrage consacré aux quatre grandes fêtes religieuses : Samain, Imbolc, Beltaine, Lugnasad.
  • Philippe Jouët, Aux sources de la mythologie celtique, Yoran embanner, Fouesnant, 2007 (ISBN 9782914855372).
  • Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et Dictionnaire, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins » , Paris, 2000 (ISBN 2-7028-6261-6).
  • Claude Sterckx, Mythologie du monde celte, Paris, Marabout,‎ octobre 2009, 470 p. (ISBN 978-2-501-05410-2).
  • Consulter aussi la bibliographie sur la mythologie celtique et la bibliographie sur la civilisation celtique.