Manawyddan Fab Llyr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Manawyddan Fab Llyr (« fils de Llyr ») est un dieu majeur de la mythologie celtique galloise, il est l’équivalent du dieu irlandais Manannan Mac Lir, des Tuatha Dé Danann. Les deux théonymes signifient « le Mannois », en référence à l’île de Man. Il a un frère Bran le Béni et une sœur Branwen, son épouse est Rhiannon.

Les aventures mythiques[modifier | modifier le code]

D’après les Mabinogion, Pryderi invite Manawyddan à vivre avec lui en Dyfed et d’épouser Rhiannon sa mère, après qu’ils sont revenus de la bataille en Irlande. Mais lorsqu’ils arrivent, ils constatent qu’un sortilège provoque la disparition des gens et des animaux domestiques du Dyfed, laissant seuls Rhiannon, Pryderi et sa femme Kigva, et Manawyddan, dans un pays désert. Ils vivent de la chasse pendant quelque temps puis vont en Angleterre pour vivre comme des artisans, mais la qualité de leur travail conduit les autres artisans à comploter leur mort par jalousie, et finalement ils retournent en Dyfed.

Par la suite, Pryderi et Rhiannon ayant disparu, Manawyddan et Kigva sont de nouveau contraint d’aller vivre en Angleterre et une fois de plus ils sont chassés par des jalousies rivales. Cette fois, Manawyddan rapporte du blé dans le but de le cultiver. Quand arrive le temps de la moisson, une partie de la récolte a été mangée par des souris. Il en attrape une et quand il va pour la pendre le lendemain, trois hommes arrivent et lui proposent une rançon en échange de la vie de l’animal. Il refuse, mais parvient à persuader l’un d’eux, un évêque, de lever la malédiction sur le Dyfed et de délivrer Pryderi et Rhiannon.

L’un des étrangers dit être Llwyd fab Cil Coed et avoue avoir ensorcelé le Dyfed et capturé Rhiannon et Pryderi par vengeance, pour l’insulte faite à son ami Gwawl par Pwyll (le père de Pryderi et premier époux de Rhiannon).

Texte mythologique[modifier | modifier le code]

  • (fr) Les Quatre branches du Mabinogi et autres contes gallois du Moyen Âge traduit du gallois, présenté et annoté par Pierre-Yves Lambert, Éditions Gallimard, collection « L'aube des peuples », Paris, 1993, (ISBN 2-07-073201-0).

Sources[modifier | modifier le code]

  • Paul-Marie Duval, Les Dieux de la Gaule, Paris, éditions Payot,‎ février 1993, 169 p. (ISBN 2-228-88621-1)
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1957 aux PUF. Paul-Marie Duval distingue la mythologie gauloise celtique du syncrétisme dû à la civilisation gallo-romaine.
  • Albert Grenier, Les Gaulois, Paris, Petite bibliothèque Payot,‎ août 1994, 365 p. (ISBN 2-228-88838-9)
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1970. Albert Grenier précise l’origine indo-européenne, décrit leur organisation sociale, leur culture et leur religion en faisant le lien avec les Celtes insulaires.
  • Christian-J. Guyonvarc'h, Magie, médecine et divination chez les Celtes, Bibliothèque scientifique Payot, Paris, 1997 (ISBN 2-228-89112-6).
  • Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux :
    • Les Druides, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1986 (ISBN 2-85882-920-9) ;
    • La Civilisation celtique, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1990 (ISBN 2-7373-0297-8) ;
    • Les Fêtes celtiques, Rennes, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire »,‎ avril 1995, 216 p. (ISBN 9782737313158)
      Ouvrage consacré aux quatre grandes fêtes religieuses : Samain, Imbolc, Beltaine, Lugnasad.
  • Philippe Jouët, Aux sources de la mythologie celtique, Yoran embanner, Fouesnant, 2007 (ISBN 9782914855372).
  • Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et Dictionnaire, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins » , Paris, 2000 (ISBN 2-7028-6261-6).
  • Claude Sterckx, Mythologie du monde celte, Paris, Marabout,‎ octobre 2009, 470 p. (ISBN 978-2-501-05410-2).
  • Consulter aussi la bibliographie sur la mythologie celtique et la bibliographie sur la civilisation celtique.