Effectual

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Effectual correspond à une rationalité qui s'oppose au mode causal ou prédictif.

L'Effectuation est un paradigme pragmatiste du management. Partant de la question de recherche « quel est le processus de décision des entrepreneurs ayant réussi ? », la chercheuse Saras Sarasvathy (2001)[1] apporte un éclairage nouveau quant à la manière de concevoir le processus de prise de décision de l’entrepreneur.

Démarche d'utilisation du paradigme effectual[modifier | modifier le code]

Si la logique causale ou prédictive met l’accent sur le but précis puis sur les moyens d’y arriver, la logique effectuale met l’accent sur les moyens puis sur les effets atteignables.

Tandis que le mode causal part d'un objectif et définit la problématique en tant que choix d'une trajectoire optimale pour atteindre l'objectif, le mode effectual part d'un ensemble de ressources disponibles à partir desquels il construit les objectifs possibles.

Le mode effectual est en particulier utilisé par les entrepreneurs en situation d'incertitude totale mais où l'action est encore possible. dite Knightienne (voir Frank Knight 1921).

Enjeux du paradigme effectual[modifier | modifier le code]

Ce paradigme permet d'envisager le management non pas sur le plan initial des objectifs à atteindre. Il s’agit là d’une rupture philosophique majeure et l’abandon d’un principe déterministe basé sur le postulat « tant que je peux prédire le futur, je le contrôle » mais plutôt d’un tout autre postulat qui s’exprime par « il ne sert à rien de prédire le futur puisque je peux le contrôler » (Sarasvathy, 2008)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Saras D Sarasvathy (2001) "Causation and effectuation: Toward a theoretical shift from economic inevitability to entrepreneurial contingency" Academy of Management. The Academy of Management Review. Vol. 26, Iss. 2; p. 243 (21 pages)
  2. Sarasvathy est allé à la rencontre de 27 entrepreneurs ayant connu le succès lors de la création de leur entreprise (Chiffre d’Affaires variant de US$ 200 millions à US$ 6,5 milliards). À partir d’un exercice demandant la résolution d’un problème de création d’une nouvelle entreprise, il a été mis en lumière que ces entrepreneurs ne suivaient pas du tout majoritairement une démarche prédictive mais que ces derniers avaient recours à un tout autre raisonnement. Sarasvathy a pu vérifier que la plupart du temps, l’entrepreneur ne raisonne pas selon la logique causale (ou prédictive) mais qu’il applique une autre logique qui lui est opposée et qu’elle appelle la logique effectuale. Il s’agit dans le cas de la logique effectuale de partir des moyens dont l’entrepreneur dispose et de rechercher les effets que ces moyens permettent d’atteindre. Un effet atteint devient alors un nouveau moyen, permettant d’atteindre de nouveaux effets, pouvant définir de nouveaux buts et ainsi de suite. Sarasvathy a pu constater que le ou les buts poursuivis ne sont en aucun cas précis mais déterminent davantage une finalité globale qui fait sens pour l’entrepreneur innovateur. Ainsi l’innovateur n’est pas enfermé dans un choix prédéfini mais il construit autant que découvre de nouvelles réalités qu’il lui était impossible d’envisager a priori.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]